Pierres Sacrées

Forum RPG Médival Fantasy
 
N'oubliez pas de voter sur nos Top Sites toutes les deux heures !
Les inscriptions pour l'évent N°1 : L'assaut de Thenarÿs, sont closes. L'évent se passe ICI
Il reste de nombreux postes à prendre, allez voir ICI

Partagez | 
 

 Le calme avant la tempête [PV : Arya] [Sujet Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Barohir Kordaskyan
Souverain de Delenör

avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 06/10/2011
Localisation : Delenör

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe : Archer
Metier: Seigneur de Delenör

MessageSujet: Le calme avant la tempête [PV : Arya] [Sujet Terminé]   Ven 16 Déc - 11:46

21 Aneksi 4 312 -


Alors qu'il pensait au long voyage qu'il fallait effectuer, Barohir descendit de la chambre qu'il occupait, traversait le palais puis se rendit aux écuries pour rendre visite à Koïl, qu'il avait laissé là la veille, espérant que les Enorii ne s'en était pas fait un dîner. Il entra dans les écuries, après avoir salué brièvement le garde en faction devant la grande porte de bois orné. Barohir avait gardé sur lui sa dague, au cas où un des gardes venaient à fs'approcher un peu trop près de sa gorge. Bien que le Delenien avait une confiance absolue en les Enorii, elle était placée essentiellement envers la famille royale. Mais Barohir demeurait un humain et de ce fait, un morceau de choix pour un Enorii à jeun qui mettrait plus de temps à remarquer qu'il s'agissait d'un invité de marque qu'à sortir ses canines acérées.

Koïl était toujours là. Barohir s'approcha de son Pégase et commençait à l'atteler pour être prêt à décoller à n'importe quel moment. Plusieurs autres Enorii étaient là également, surement des membres de la Garde Royale, pensait Barohir, compte-tenu de leur uniforme si raffiné, si distingué.

Alors qu'il fixait son baluchon sur la selle du Pégase, Barohir remarqua qu'une Enorii le fixait du regard. Elle se trouvait dans l'enclos d'en face, et s'occupait d'un cheval. Ce qui frappa Barohir fut l'étrange lueur dorée qui se reflétait dans les yeux de l'Enorii. Sa façon de le regarder quant à elle paraissait étrange. Barohir s'adressa alors à elle, tout en faisant preuve de prudence.


- Excusez moi, j'imagine que ça ne doit pas être banale de voir un être humain ici. Laissez moi me présenter, je suis le Seigneur Barohir, du Delenör. Je suis simplement ici pour rendre visite à de précieux allliés, et de vieux amis.
Il se tut un instant, le temps de resserrer une sangle. L'expression sur le visage de l'Enorii restait inchangée.
- Je ne voudrais pas me montrer impoli mais... Il y a un problème ?

Il se tut, et prit alors sa gourde dans son sac. Il en but une gorgée, avant de reprendre.

- Excusez moi. Je suis un peu nerveux. Trainer dans les parages pour un humain est loin d'être une bonne idée, je me trompe ?

Puis, toujours en observant l'Enorii, il se senti percé du regard, comme si l'étrange lueur dorée qu'il y avait dans ses yeux pouvait sonder son âme. Barohir n'avait rien à se reprocher, mais il ignorait si les Enorii étaient capable de quelques magies permettant de mettre l'esprit d'un humain à nu. Si jamais les secrets les plus enfouis de son âme venaient à être découverts, si les conversations qu'il avait eu avec la Princesse Cassandre venaient à être découvertes, cela pourrait être mal interpreté, et nuire à la mission dans laquelle ils allaient se lancer.

Barohir arrêta net de penser, puis attrapa son carquois, son arc, qu'il avait déposé au mur, et s'assit sur un tabouret à côté de Koïl. Il commença à vérifier l'état de ses flêches, et à affûter quelques pointes qui lui paraissait émoussées. Ces flèches récupérées sur le navire marchand qu'il l'avait amené sur les terres Enorii étaient de piètre qualité, il fallait les améliorer. Alors qu'il déposait son carquois et prit son arc, il s'adressa de nouveau à l'Enorii, le sourire en coin, lançant un défi du regard.


- J'ai ouï dire que les Enorii faisaient également de bons archers. Que diriez vous si nous faisions une petite chasse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 757

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV : Arya] [Sujet Terminé]   Mer 28 Déc - 15:04

    « Tu es sur ? »
    « Absolument, tu travaille beaucoup trop, fais autre chose, prend l'air... Occupe-toi comme tu le veux, mais je ne veux plus te voir ici avant demain. »
    « Très bien, très bien, tu ne laisseras pas tomber de toute façon. A demain. »

    Ses rares amis, et plus précisément Aeron, se faisait du souci pour elle, ces derniers temps. Bien que cela partait d'une bonne intention, être couvée de la sorte par l'un de ses hommes l'agacée quelque peu, bien qu'au final elle était heureuse qu'il la remplace plus tôt que prévu, lui laissant ainsi plus de temps pour elle.

    Sans même passer par chez elle afin de retirer son armure, elle rejoignit les écuries de son pas rapide et gracieux, bien décidée à s'éloigner d'Enawen un moment, peut être irait telle voir Nakaïh, qu'elle savait avec ses petits, ou irait-elle chasser ... Cela faisait un moment qu'elle n'avait pas planté ses canines acérés dans la gorge d'une de ses proie, se contentant d'étancher sa soif de sang en le buvant dans une coupe...

    Fermant les yeux un instant, elle effleura la conscience de Naka, mais celui-ci était occupé avec sa famille, il était donc hors de question qu'elle lui demande de venir avec elle ... C'est ainsi qu'elle décida de se rendre aux écuries afin d'y seller un cheval...

    Arrivait là-bas, elle passa devant les différentes stalles avant de finalement s'arrêter devant l'une d'elle où se trouvait ... un pégase. Demeurant immobile un moment, elle observa le noble animal avec curiosité mais aussi avec respect ... C'était la première fois qu'elle en voyait un et il lui fallut faire un effort pour ne pas tendre la main vers lui et passer ses doigts dans sa crinière à l'apparence soyeuse. Se détournant, elle vrilla ses iris doré sur un cheval qui ne lui était pas inconnu. En général, il y avait plus de chevaux à la robe blanche qu'à la robe noire, mais Arya aimait particulièrement cette couleur... Elle commença alors à l'atteler.

    Quelques minutes plus tard, elle leva la tête, une odeur particulièrement alléchante venant chatouiller ses narines... Un humain ne tarda pas à entrer dans son champ de vision... Plus petit qu'elle, ce qui n'était pas vraiment étonnant, il avait quelque chose de noble dans sa démarche ...Serait-ce lui, le Seigneur de Delenör ? C'est alors qu'il croisa le regard un peu trop insistant d'Arya, qui trouvait son parfum des plus ... alléchant. Mais il se présenta et l'appétit de l'Enôrii fut aussitôt coupé, si elle tenait à la vie il était préférable qu'elle le laisse vivant. Se décidant à répondre à sa question, Arya se tourna vers lui, vrillant ses iris dorés sur son visage, parlant dans la langue humaine mais avec un fort accent Enôrii.

    « C'est simplement ... étrange, de voir un humain se balader tranquillement ici, à Enawen. C'est un honneur et un plaisir de vous rencontrer, Seigneur. » - un léger sourire naquit sur les lèvres de l'Enôrii - « En effet, si je vous avez rencontré dans d'autre circonstance ... si vous ne vous étiez pas présenté ... Vous m'auriez probablement servi de repas et je ne dois pas être la seule à le penser. »

    Sans jamais baisser le regard, elle l'observa longuement ... Il était tellement jeune par rapport à elle, si ... Innocent. Ce n'était qu'un enfant pour elle, un gamin. Il y avait encore tellement de chose qu'il pourrait apprendre et si peu de temps pour le faire ... Elle l'observa prendre son carquois et son arc, remarquant par la même occasion que ses flèches était de piètre qualité, il avait dû les acheter en chemin. Un sourire amusé se dessina sur les lèvres d'Arya alors qu'il lui proposait ce petit défit ... En effet, les Enôrii était d'excellent archers pour la plupart et elle en faisait partie. Fort heureusement, elle avait son arc et ses flèches avec elle.

    « Si vous vous sentez près à me suivre, pourquoi pas ... »

    Grimpant agilement sur le dos de sa monture, elle l'observa du haut de son perchoir, toujours avec ce léger sourire aux lèvres, laissant ses canines apparentes.

    « Je vous conseil de rester sur la terre ferme si vous tenez à rester en un seul morceau, votre pégase est bien trop grand pour voler sous le couvert des arbres, il se blesserait plus qu'autre chose. »

    Passant délicatement sa main sur l'encolure du cheval, celui-ci quitta les écuries au galop...

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Barohir Kordaskyan
Souverain de Delenör

avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 06/10/2011
Localisation : Delenör

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe : Archer
Metier: Seigneur de Delenör

MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV : Arya] [Sujet Terminé]   Mar 3 Jan - 13:23

Il ne restait que peu de temps avant que les préparatifs de son voyage ne soient achevés, un petit tour à cheval ne pourrait pas faire de mal. Il enfila son arc, attrapa ses flèches nouvellement affûtées, monta sur la selle de Koïl puis parti au galop dans la direction d'Arya.
Profiter une dernière fois de la beauté de ce royaume était un luxe, y renoncer aurait été de la simple folie. Alors que Koïl accélérait le rythme, Barohir arriva à la hauteur d’Arya.


- Vos chevaux ne sont pas les plus rapides je le crains ! dit-il dans un sourire

Il lâcha la bride de Koïl pour prendre son arc, une flèche, et indiqua à Arya un oiseau de proie qui offrait une excellente cible, volant entre les branches d’un grand chêne sur le chemin qu'ils avaient emprunté, à soixante mètres environ. Alors qu’ils étaient au galop, Barohir respira profondément et se concentra sur sa cible, faisant entièrement confiance à Koïl pour éviter les obstacles qui pouvaient se mettre en travers du chemin. L’arc d’ébène qui jadis appartenu à son défunt cousin, héritier du trône du Delenor, semblait trouver dans ces bois Enorii une seconde vie. Il décocha une flèche qui atteignit l’oiseau directement en plein cœur. Arrivé au niveau de l’oiseau, il s’arrêta, descendit du pégase, ramassa l’animal et le plaça dans une sacoche en peau de bête attachée à la selle de Koïl. Il remonta sur le pégase, et se remit au galop.

Dans leur course, ils finirent par sortir de la forêt gigantesque pour arriver sur une clairière. De là, Barohir siffla d’une note étrange à Koïl qui soudainement déploya ses grandes ailes blanches et argentées. Il prit son envol avec le Delenien sur son dos. Volant en cercles dans un ciel d’un bleu éclatant, Barohir prit dans la sacoche en peau une pomme qu’il gardait généralement pour son pégase, et s’adressa à Arya, alors en plein galop sur son cheval au sol, à une vingtaine de mètres au dessous.


- Alors, c’est à vous, montrez moi donc si ce qu’on dit des Archers Royaux Enorii est vrai !!

Barohir attendit qu’Arya arme son arc, et lança la pomme en l’air, adressant à l’Enorii un défi à la hauteur de la réputation des archers royaux, qui, disait-on partout dans le monde, avaient une vue si perçante qu’ils étaient capable d’abattre un rat à deux cents mètres en pleine nuit. Elle tira, et atteignit la pomme sans difficultés. Impressionnant se dit-il. Puis ils arrivèrent dans leur course de nouveau à une forêt. Barohir siffla de nouveau et Koïl atterrit en douceur, puis reprit son pas de course.


- Et si nous ralentissions un peu la cadence ? J'ai peur qu'à se rythme nos bêtes ne s'épuisent trop vite.

Ils se mirent au trot, et Barohir reprit la parole au bout de deux bons kilomètres.

- Excusez si j'ai pu vous paraitre agressif ce matin. Depuis que je suis ici, j'ai quelque part l'impression d'être surveillé en permanence. J'ai noté à votre uniforme que vous êtes quelqu'un de haut rang. Mais... vous ne vous êtes toujours pas présentée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 757

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV : Arya] [Sujet Terminé]   Mar 3 Jan - 16:17

[Pas corrigé, je m'en excuse, mais j'ai la flemme et pas le temps ... x)]


    Le vent la décoiffait, ses longs cheveux aussi sombres que l’ébène étaient totalement indisciplinés, mais en cet instant elle se sentait si … libre. La sensation de vitesse, le vent sur son visage … Arya adorait cela, dans ces moments où elle était libre de faire ce qu’elle voulait, elle était elle-même. La voix grave de son totem lui parvint mentalement et l’Enôrii ne put s’empêcher de sursauter, elle le pensait occupé à autre chose.

    # Je pensais que c’était moi, ta monture favorite … #
    # Je n’ai jamais dis le contraire, mais tu es occupé, donc. #

    Elle entendit mentalement son rire, ce qui la fit sourire.

    # Rejoins moi tout à l’heure avec ce Seigneur, si tu veux. #
    # J’y penserais … #

    Nakaïh n’eut guère le temps de répliquer à nouveau car le Seigneur Barohir arriva enfin à la hauteur d’Arya. Son pégase était plus rapide que sa propre monture, c’était indéniable, mais si Arya sautait à terre et courrait sur ses jambes, il pourrait alors voir qu’elle n’avait aucunement besoin d’un cheval pour aller vite. Elle le vit lâcher la bride de son pégase puis sortir son arc et encoché une flèche. Levant le regard, elle s’aperçue qu’il visait un oiseau à environs soixante mètres de là … Jamais il ne pourrait le toucher, ses sens n’étaient pas assez aiguisés… L’Enôrii fronça les sourcils lorsque l’oiseau tomba au sol, la flèche l’ayant touché en plein cœur … Comment un simple humain … ? Posant son regard sur Barohir, elle l’observa longuement … ce pourrait-il qu’il ait gouté à l’eau sacré ? La Princesse lui aurait-elle fait cet honneur alors qu’ils se connaissaient à peine ? Elle n’eu guère le temps d’y penser davantage, l’humain partant déjà au galop sur son pégase.

    Ils finirent par sortir de la foret et l’Enôrii fut dès lors davantage sur ses gardes. Elle tourna son regard vers le pégase alors que le Seigneur du Delenör sifflait, et par instinct elle se baissa lorsqu’il passa tout près d’elle. L’Enôrii empoigna son arc finement ouvragé puis encocha une flèche, sa monture toujours au galop. La pomme n’était qu’un petit point, mais la vue de l’Enôrii était perçante, elle pouvait voir ce qu’un humain ne serait jamais en mesure de distinguer. Elle attendit quelques secondes, puis décocha sa flèche. La pomme explosa en morceau et l’Enôrii rangea son arc, satisfaite.

    Le pégase se posa de nouveau et ils se retrouvèrent côte à côte. Arya ne regardait même pas devant elle lorsque les deux montures passèrent de nouveau sous le couvert des arbres. L’Enôrii fit passer son cheval au pas afin d’apprécier le calme de la forêt… Lorsque la voix de l’humain lui parvint aux oreilles, un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle prit quelques instants avant de se tourner vers de nouveau vers Barohir.

    « Nous veillons sur vous, Seigneur Barohir, afin que votre séjour ne se termine pas par votre décès et quand je dis nous, je parle de la Garde Royale. » - elle approcha suffisamment sa monture et lui tendit sa main, souriant avec bienveillance, une certaine douceur dans le regard – « Arya Lÿrargent, Commandant de la Garde Royale. »

    Elle vrilla ses iris dorés sur les siens, semblant sonder son âme… Bien que son corps soit jeune et fort, son regard en disait autrement… Arya avait vécue bien des choses et les épreuves qu’elle avait traversées, notamment la mort de sa mère, se reflétait au fond de son regard, bien que celui-ci se fasse doux alors qu’elle laissait tomber son masque.

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Barohir Kordaskyan
Souverain de Delenör

avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 06/10/2011
Localisation : Delenör

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe : Archer
Metier: Seigneur de Delenör

MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV : Arya] [Sujet Terminé]   Sam 7 Jan - 0:20

- Eh bien Arya, je suis ravi de faire votre connaissance. J'aurai bien fait d'entreprendre ce voyage vers vos terres, ce monde est si magnifique. Dommage que l'avenir soit aussi peu clair pour chacun d'entre nous. A ce propos, que savez vous des sorcières des Brumes ? J'aimerais avoir votre avis là-dessus. J'aimerai pouvoir les trouver, et les consulter ou du moins, retrouver l'auteur de cette prophétie qui menace mon royaume.

L'expression sur le visage de Barohir était grave et sombre.

- On raconte qu'il est pratiquement impossible d'abattre un dragon. Encore moins un des membres de l'Ordre des Douze. Mais je sais au fond de moi que s'il fallait le faire pour protéger mon royaume, je n'hésiterai pas une seule seconde à me battre jusqu'à la mort.

Ils étaient toujours au trot, Barohir sur Koïl, les ailes repliées, Arya sur son cheval. Ils avançaient tous deux sur un chemin plutôt large au beau milieu de la forêt. Les arbres immense les cachaient presque de la lumière du soleil. Tout au long de sa vie, Barohir avait grandi et dirigé son royaume depuis les hautes tours de Nadur, la cité royale du Delenor. De là haut, on avait une vue jusqu'à l'horizon, comme pour signifier que le pouvoir des hommes n'avaient pas de limite, que le Roi n'avait pas de limites. Mais c'était pure folie après tout, car la Nature elle, gouvernait ce monde depuis la nuit des temps.

Qui pourrait prétendre être au dessus de la Nature ? Personne. Les hommes, dans leur grande arrogance, oubliait parfois à quelle point elle était importante. Et ils bâtissaient encore et toujours, toujours plus loin et toujours plus haut. Et dès lors qu'il avait foulé de son pas d'homme les terres sacrées des Enorii, Barohir comprit alors que la Nature était au fond la seule gouvernante légitime de ce monde. Le respect qu'il avait toujours eu pour Elle avait ici laissé place à de la pure admiration. Et de penser qu'il devrait repartir, que peut être ne reverrait-il jamais ces lieux, l'attristait. Bien sur, il y avait l'amitié pour la famille Royale Enorii qui lui offrait la possibilité de revenir en ces lieux.

Mais en dépit des apparences, le Delenor lui manquait. Pouvoir parcourir les vertes plaines, pouvoir grimper les montagnes et les sommets où vivent les Anges (Barohir, pour le peu d'entre eux qu'il avait vu dans sa vie, n'avait d'ailleurs pas la moindre once de sympathie pour ces créatures qui, profitant de l'admiration qu'elles suscitaient chez les hommes, et profitant de tout le mysticisme dont elles faisaient l'objet, se montraient incroyablement arrogantes et considéraient les montagnes du Delenor comme leur terrain de jeu). L'architecture de Nadur évoquait par endroit le style Enorii, et bien que ces deux royaumes fussent séparés par un océan, ils n'en demeuraient pas si loin l'un de l'autre sur tous les autres plans. Les Ancêtres de Barohir avaient fait du respect de la Nature et la pratique des Arts une discipline à part entière, apprenant à chaque Delenien à vire en harmonie avec le monde.

Perdu dans ses pensées, Barohir se prit à se demander si le Delenor et les Enorii pouvaient avoir d'une certaine façon des origines communes. Ça n'était pas impossible après tout. Mais aujourd'hui le monde courrait un grave danger, et il fallait avertir les autres royaumes du danger qui menaçait. Soudain, le Delenien eut une pensée qui lui traversait l'esprit, et qui le rassurait encore moins :


- Et si... Et si nous détruisions les pierres sacrées ? Je sais à quel point elles sont importantes pour notre monde, les Dragons veillent sur nous. Mais ce qui est arrivé à Ouros démontre que nous ne sommes à l'abri de rien. Ne me regardez pas comme ça, ça n'est qu'une simple pensée. Je ne tiens pas à les détruire ni a perdre l'Ordre des Douze, mais après tout, si l'on avait pas le choix , que devrions nous faire ?

Alors qu'ils s'enfonçaient dans la forêt, un bruit étrange se fit entendre. Une sorte de vrombissement lointain. Koïl s'agitait, quelque chose n'allait pas. Barohir observait au dessus de lui. Les arbres étaient assez haut pour pouvoir s'envoler sans risquer de rencontrer une mauvaise branche. Le Delenien avait fait silence, et observait Arya qui semblait inquiète. Le vrombissement devenait de plus en plus fort.

- Arya... ?

Elle avait préparé une flèche. Il fit de même. Tout à coup, au loin, on voyait, passant entre les arbres, une sorte de nuage sombre qui avançait vers eux à toute vitesse. Plus il approchait, et plus on pouvait distinguer ce que c'était.

- Des abeilles... murmura Arya.
- Quoi ? Mais comment ? Les abeilles ça attaque que s'y on attaque leur ruche non ?

Ils repartirent en arrière au galop, le plus rapidement possible. Les abeilles de Feanor étaient monstrueusement grosses, dû à l'absorption de l'eau du lac Quêlinos, et elles étaient évidemment tout aussi dangereuses. Alors qu'ils étaient au galop et que les abeilles géantes les poursuivaient, Barohir se cramponna à Koïl puis il lâcha la bride pour préparer un tir contre les abeilles. Il était difficile de viser ainsi, au galop, et en se retournant en arrière. Il visa, puis tira. La flèche atteignit une abeille.

- C'est inutile elles sont trop nombreuses... On fait quoi? cria-t-il en direction d'Arya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 757

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV : Arya] [Sujet Terminé]   Dim 29 Jan - 20:13

    « Je ne sais pas grand-chose sur ces sorcières, si ce n'est qu'elles vivent quelques pas dans les Landes Éternelles et que leur Matriarche à réussi à s'introduire en Fëanör et à boire l'eau du Lac Quêlnós. » - elle posa son regard droit devant elle - « J'ai aujourd'hui sept-cent cinquante ans, Seigneur, et la première fois que j'ai rencontré un dragon, c'était il y cinq jours. Il avait la faculté de se changer en homme, j'ai d'ailleurs failli lui ôter la vie, mais il possédait une force incroyable, bien supérieur à celle d'un humain. Il a réussit à soulever mon Totem de quelques centimètres, pourtant Nakaïh n'a rien de petit, il fait deux mètres au garrot. »

    L'Enôrii se tut, se refusant à croiser le regard du Seigneur de Delenör. Ses pensées vagabondèrent vers se Dragon à plumes, puis vers Nakaïh qu'elle savait avec sa famille en cet instant. Le silence s'installa, troublait uniquement par le bruit des sabots, du vent dans les arbres et du chant des oiseaux ... Les pensées d'Arya se tournèrent vers l'extérieur de Fëanör. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas quittée la forêt. Mais elle allait partir très prochainement étant donné qu'elle allait accompagner Cassandre et Barohir, les parents de la Princesse refusaient de les laisser partir seuls, pour leur sécurité. Arya n'avait pas prit bien longtemps pour se décider et accepter la demande de l'héritière du trône.

    Le Seigneur du Delenör reprit la parole, ramenant l'Enôrii à la réalité. Celle-ci posa alors son regard doré sur le visage de l'humain, écoutant attentivement ce qu'il avait à dire. Le regard d'Arya devait être plus dur en cet instant, car il s'en rendit tout de suite compte et ne manqua pas de le lui faire remarquer. Arya prit quelques instants avant de répondre à Barohir avec un fort accent Enôrii.

    « L'Ordre des Douze représente l'équilibre de ce monde. Si un de ces légendaires Dragon venaient à mourir, l'équilibre seraient rompu et le chaos s'abattrait sur ce monde. Les Pierres Sacrées sont dissimulés, mais quelqu'un à réussit à trouver celle d'Ouros malgré tout ... Mais nous avons besoin de l'Ordre, car il est le seul à pouvoir rivaliser avec le Seigneur du Topaze. »

    Alors qu'ils continuaient à avancer, un étrange bourdonnement lui fit dresser la tête. D'un geste elle ordonna à Barohir de se taire, mais celui-ci prononça tout de même son prénom. L'Enôrii se dressa sur le dos de sa monture et ferma les yeux, se servant uniquement de ses oreilles. Dans un mouvement rapide, elle prépara une flèche. Rouvrant les yeux, elle informa Barohir de la situation en baissant la voix.

    « Des abeilles... »

    L'Enôrii ne lui répondit pas et repartit en galop, rebroussant chemin. Elle savait Barohir juste derrière elle sur le dos de Coïl. Arya décocha sa flèche, puis une seconde avant de fermer de nouveau les yeux, se cramponnant à la bride de sa monture. Elle fit bifurquer son cheval qui se mit à slalomer entre les arbres. Soudain, au travers des arbres, elle aperçue ce qu'elle cherchait : un petit lac. Pas très large mais suffisamment profond. Alors que les deux montures passaient à côté, Arya bondit sur Barohir et ils tombèrent tous les deux dans l'eau. Sans perdre de temps, elle se servit de ses pouvoirs pour créer une bulle autour d'eux, au fond de l'eau, afin qu'ils puissent respirer. Les deux montures sauraient s'abriter ...

    L'Enôrii demeura immobile pendant un moment, à genoux, les poings serrés. Elle attendit ainsi jusqu'à ce que le bourdonnement des abeilles s'éloignent, les insectes n'avaient jamais aimé l'eau ... Arya fini par se relever et saisit le bras de Barohir avant de relâcher son pouvoir petit à petit. L'eau reprit vite ses droits et l'Enôrii entraîna le Seigneur du Delenör jusqu'à la surface.

    « Je crois que c'est bon, venez. » - elle nagea jusqu'à la berge et aida le jeune homme à se hisser dans l'herbe - « Pardonnez-moi pour ce bain forcé, mais l'eau est l'un des meilleurs moyens de les tenir à distance. »

    Arya se laissa aller en arrière, les paupières closes tachant de calmer sa respiration. Quelques minutes plus tard, elle se releva.

    « Nos montures ont dû retourner à Enáwen, suivez-moi. »

    Elle se mit en marche, se faufilant agilement entre les arbres, cueillant au passage deux fruits dont un qu'elle lança à Barohir avant de mordre dans le sien. Ils ne tardèrent pas à arriver près d'une petite colline au pied de laquelle était taillée une grotte. Arya s'y enfonça sans crainte. Elle n'était pas très profonde et la lumière du jour parvenait jusqu'au fond. Deux formes noires étaient allongées et de petits gémissements parvenaient jusqu'aux oreilles effilés d'Arya. Un grand sourire éclairait son visage alors qu'elle s'accroupissait à quelques pas des deux formes noirs. Il y eut un mouvement sur sa droite et une petite forme se jeta sur elle, la faisant basculer dans l'herbe et la terre, riant aux éclats. Un bébé tigre au pelage noir et blanc se tenait fièrement sur sa poitrine Au fond de la grotte, l'une des deux formes bougea et s'approcha d'Arya. Nakaïh ...

    « Seigneur Barohir, je vous présente Nakaïh, mon Totem et voici sa famille. »

    Trois autres bébés tigres ne tardèrent pas à s'approcher tandis que la mère des petits observait Arya. Celle-ci se releva, tenant le petit tigre dans ses bras et sortit de la grotte. Elle était encore mouillée mais cela ne semblait pas la gêner le moins du monde. Nakaïh, quant à lui, observait l'humain avec un certain intérêt...

    « N'ayez crainte, il ne vous fera aucun mal. »

    Les trois autres bébés s'approchèrent alors de l'humain, l'observant avec une certaine intelligence en fond du regard. L'un deux posa ses deux pattes avant sur la cuisse du Seigneur comme s'il voulait grimper dans ses bras.

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Barohir Kordaskyan
Souverain de Delenör

avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 06/10/2011
Localisation : Delenör

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe : Archer
Metier: Seigneur de Delenör

MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV : Arya] [Sujet Terminé]   Mar 21 Fév - 18:21

En sortant de l'eau, Barohir reprit son souffle. Arya l'avait entrainé dedans sans crier garde, mais les pouvoirs de l'Enorii leur avait permis de respirer sous l'eau. Pratique, pensait Barohir. Elle l'amena vers une étendue d'herbe à côté de l'étang. Les vêtements trempés, il sourit à Arya de façon ironique. Elle s'excusa et il lui répondit simplement.

- Il n'y a pas de mal, mais à l'avenir prévenez moi. En plus avec tout l'équipement sur le dos... Enfin je vais pas me plaindre. Un bon bain ça fait toujours plaisir non ?

Puis elle s'allongeait dans l'herbe le temps de reprendre son souffle. Barohir l'observait, et se prit à penser. Arya semblait différente de Cassandre. La grâce et le charme qui se dégageait de la princesse contrastait avec ce qui se dégageait d'Arya. Sur son visage apparaissait des traits nettement différents, une personnalité à la fois forte et violente, une chasseuse. Elle avait cet air de ceux qui gardent et refoulent en eux les traces d'une souffrance passée. Barohir avait aussi remarqué à sa façon de se déplacer, de parler, que l'Enorii avait quelque chose en elle qui n'avait rien à voir avec ce qu'il avait perçu chez tout les autres. Quelque chose qui, aux yeux de n'importe quel humain, aurait pu être effrayant. Lui-même frissonna en repensant que ses chances de ne pas finir entre les dents d'une de ces créatures, dont la beauté n'avait d'égal que la haine qu'ils éprouvaient pour le genre humain, il les devaient à son titre. "Protection Diplomatique" pensait-il. Quelle ironie.

Les timides rayons de soleil qui éclairaient l'étang parvenaient à peine à faire sécher leurs vêtements. Barohir, dans ses pensées, maudit l'Enorii de l'avoir entrainé dans l'eau sans même relever le défi d'une chasse pareille.


- En vous demandant de prouver la valeur des Archers Enorii, j'ignorais que vous étiez meilleurs en plongée qu'en tir à l'arc, ironisa-t-il, sur le ton de la plaisanterie.

Puis ils se remirent en route. Sur le chemin, elle lui offrait un fruit qu'elle avait cueilli. Très juteux, se dit Barohir, ces fruits ressemblaient à des pommes, mais avaient un gout beaucoup plus prononcé, et leur taille était relativement importante, trop gros pour être de simples pommes. Le Lac Sacré, et ses eaux qui alimentaient toute la forêt y étaient pour quelque chose. Au bout d'une quinzaine de minutes de marche, ils arrivèrent près d'une grotte vers laquelle Arya se dirigea. Sur l'instant, Barohir ne comprit pas quelles étaient les intentions de l'Enorii. Il s'avança, la suivant, vers la grotte, pour distinguer quelques formes noires qui finalement sortirent de la grotte pour sauter sur Arya, suivies par un animal d'une taille impressionnante, un tigre aux rayures si sombres qu'il semblait venir droit des enfers. Ses yeux, pointés sur Barohir, n'inspirait aucune confiance chez l'humain, qui se dit alors que les Enorii, s'étaient une chose, mais qu'un tigre mesurant plus de deux mêtres n'en aurait pas grand chose à faire que sa viande soit noble ou non. Un court moment, il posa discrètement la main sur la pomme de sa dague.


- N'ayez crainte, il ne vous fera aucun mal. déclarait alors Arya.

Discrètement, Barohir cacha sa dague et mit ça main à sa ceinture, tout simplement. Ainsi donc, voici le Totem des Enorii, ces créatures gigantesques qui possédaient disait-on, des pouvoirs magiques bien spéciaux. Ils étaient selon la légende, capable de communiquer par la pensée avec leur propriétaire Enorii, bien que ces derniers n'aimaient guère cette appellation. Il s'agissait d'une relation quasi-fraternelle, on ne possédait pas l'animal comme les humains le font chez eux. Ces relations de symbiose étaient difficilement compréhensibles pour les humains, qui voyait le monde par rapport de hiérarchies, et pour qui l'Harmonie des éléments n'était rien de plus qu'un idéal de vie et non une réalité.

Puis l'un des bébés tigres s'approcha de Barohir et posa ses patte sur la cuisse du jeune roi. Il sourit à l'animal, qui se laissa porter par l'humain. Finalement, ces animaux étranges n'avaient de menaçant que l'apparence. Il passa son bras sous l'animal de façon à ce que sa tète puisse reposer sur son épaule.

Soudain, une sensation étrange envahit l'esprit de Barohir, comme si quelqu'un ou quelque chose l'observait, et tentait de lire en lui. Il revit les yeux du Totem posés sur lui. Et si l'eau du Lac m'avait rendu plus sensible à ses créatures, et si j'étais moi même capable de les sentir ? se demandait Barohir, avec un certain effroi. Car, si ce qu'on disait sur les "connexions" mentales entre un Totem et un Enorii étaient possible, cela pouvait provenir des effets de l'eau Sacrée. Seulement Barohir en avait bu, et le Totem dans ce cas pourrait le savoir et ainsi Arya l'apprendrait. Barohir observait Nakaïh dans les yeux et inclina la tète en signe de salut.


- C'est un honneur que de te rencontrer, Nakaïh. Puisses-tu, toi et les tiens, protéger le Royaume Enorii aussi longtemps que possible. Je suis Barohir, Seigneur du Delenor et Chef des Cavaliers Ailés, bien que mes Ailes ne se soit enfuies... dit-il en pensant à Koïl.

D'ailleurs, en pensant à Koïl, il reposa le petit tigron puis siffla trois fois dans les airs. Au bout d'un cours instant, on put entendre un battement d'ailes, puis apercevoir Koïl qui volait en cercles dans le ciel, avant d'atterrir près de son maitre.


- Nakaïh, laisse moi te présenter Koïl, Seigneur des Pégases, mon plus fidèle ami et mon plus puissant allié.

Le Totem d'Arya continuait de le fixer du regard et Barohir se sentit comme mis à nu. Un court instant, le Seigneur du Delenor se prit à ne plus penser à rien, fermant ainsi complètement son esprit, jusqu'à ce que Nakaïh ne se tourne vers Arya, et s'observèrent, comme s'ils se mirent à se parler, mais ils ne prononçaient pas la moindre parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 757

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV : Arya] [Sujet Terminé]   Sam 10 Mar - 16:29

    Nakaïh laissa échapper un léger grognement alors qu'il venait d'apercevoir la main du Seigneur se poser sur le pommeau de sa dague. D'un côté, il était normal qu'il ne se sente pas en sécurité, mais de l'autre jamais Nakaïh n'attaquerait Barohir, il ne pouvait pas faire cela à Arya. Celle-ci le rassura de sa voix douce tandis que l'imposant tigre s'allongeait dans l'herbe, sa grosse tête poilue reposant sur ses pattes, seul ses yeux saphir bougeaient, bien qu'il s'attardait plus sur Barohir. Nakaïh se redressa lorsqu'il vit l'un de ses petits s'approcher de l'humain, il avait peur qu'il lui fasse du mal, mais il fut soulagé lorsque Barohir souleva le tigron pour le prendre dans ses bras. Le bébé semblait apprécier la chaleur que dégageait le Seigneur du Delenor et il posa sa tête sur son épaule en ronronnant.

    # Arya, il y a quelque chose d'étrange chez cet humain, comme s'il pouvait sentir mon esprit efleurer le sien ... #
    # Voyons, ne dit pas n'importe quoi, c'est impossible. #
    # Sauf si ... #
    # Oui, sauf si. Nous verrons bien. #

    L'imposant tigre se releva alors que Barohir se présentait et il s'en approcha lentement, s'arrêtant à quelques pas de lui. Il tourna sa grosse tête pelucheuse vers Arya à qui il s'adressa.

    # Peux tu lui dire que je suis également honoré de le rencontrer ? #

    Arya aquieçapuis se tourna vers Barohir, celle-ci s'étant relevé entre temps. Elle tenait également un tigron dans ses bras et qui jouait avec ses longs cheveux ébènes, ceux-ci, encore humide, tombant sur ses épaules et dans son dos.

    « Nakaïh est honoré de rencontrer le Seigneur du Delenor, il vous salut. »

    Barohir reposa le tigron puis siffla trois fois, faisant grimacer Arya dont les oreilles étaient plus sensibles que celles des humains. Regardant elle aussi le ciel, elle entendit de puissant battements d'ailes qui ne pouvaient appartenir qu'à Koïl. Celui-ci se posa près de son maître. Nakaïh continua d'observer l'humain et son pégase avant de se tourner vers Arya, qui posa son regard sur lui.

    # Je pense qu'il l'a bu. #
    # Mais comment ? Cassandre ? #
    # Probablement, c'est toi qui m'as dis qu'ils avaient probablement passé la soirée ensemble. #
    # Mmh ... #

    L'Enôrii détourna son regard de Nakaïh et s'approcha du pégase. Tenant le tigron sur un seul bras, elle posa doucement sa main sur l'encolure du pégase, un doux sourire aux lèvres. Alors que Koïl posait son regard pétillant d'intelligence sur elle, l'Enôrii s'adressa à lui dans sa langue natale, sa voix grave rendu envoutante par l'accent Enôrii. Barohir ne pouvait comprendre ce que l'Enôrii lui disait, ces quelques mots resteraient entre le pégase et elle.

    « Naka est heureux de rencontrer Koïl, c'est la première fois que nous voyons un pégase de si près. »

    Arya s'éloigna du pégase après l'avoir caressé une dernière fois puis reposa le tigron au sol, celui-ci rejoignit alors ses frères et soeurs. Naka s'avança vers Arya et posa sa truffe humide sur le front de l'Enôrii, comme s'il l'embrassait, puis il s'en alla retrouver les siens. La commandant de la Garde se tourna alors vers Barohir, un fin sourire aux lèvres.

    « Il est temps de rentrer, reposons nous avant le départ pour Lareagan... et voyons qui est le plus rapide entre le pégase et l'Enôrii... »

    Sur ces quelques mots, Arya s'éclipsa à toute vitesse, courant aussi vite que ses puissantes jambes le lui permettaient. 110 kilomètres à l'heure, c'était là une vitesse qu'elle pouvait atteindre mais Fëanör était une forêt plutôt dense, elle devait se montrer prudente si elle ne voulait pas se fracasser contre une branche surgit de nulle part à la dernière seconde. Derrière elle, elle pouvait entendre les galops de Koïl. Après plusieurs minutes d'une course effréné, l'Enôrii s'arrêta alors qu'elle franchissait les portes d'Enawen, le Seigneur Barohir juste derrière elle.

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Barohir Kordaskyan
Souverain de Delenör

avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 06/10/2011
Localisation : Delenör

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe : Archer
Metier: Seigneur de Delenör

MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV : Arya] [Sujet Terminé]   Ven 6 Avr - 7:52

Ce petit entraînement avait permis à Barohir de prendre conscience des effets qu'avaient eu sur lui l'ingestion de l'eau du Lac Sacré. Tout paraissait chez lui avoir été augmenté, son endurance, sa précision, et ses sens. Mais il savait qu'il valait mieux taire ce secret et l'enfouir quelque part d'où il ne ressortirait jamais.

Après cette petite chasse et petite course, Barohir put en apprendre en fin de compte davantage sur Arya. Il avait pu cerner celle qui était en charge du corps militaire Enorii. Elle avait, tout comme Cassandre et leurs semblables, cette grâce caractéristique de ce peuple qui se dégageait d'elle à chacun de ses mouvements, des mots qu'elle prononçait, des regards qu'elle jetait ici et là lorsque, toujours aux aguets, elle observait au loin pour trouver les meilleurs cibles, les meilleurs chemins. Une vraie chasseuse. A côté de ça, Barohir sentait que quelque chose chez Arya demeurait ambigu. On ne peut avoir des instincts de chasseurs sans se comporter en chasseur, et concernant les Enorii, les proies étaient toutes choisies... Bien entendu, Barohir ignorait l'existence d'un élevage d'humains en ces lieux, mais il se doutait que quelque chose ne tournait pas rond à ce niveau là et de voir la suivante, les traces de crocs dans le cou, lui fit prendre conscience que lui même encourrait un risque à ne pas négliger en restant avec l'Enorii.

Sur le chemin du retour, Barohir s'offrit un dernier vol avec Koïl, enchaînant les acrobaties dans le ciel dégagé. De loin, on aurait dit qu'ils ne formaient qu'un seul et même être, tel un ange traversant le ciel pour protéger de ses ailes les terres qu'il survole - ou plutôt un de ces Geryians détestables qui, s'ennuyant ferme, n'avaient rien de mieux à faire que se pavaner dans le ciel, suscitant l'admiration des humains naïfs. Bref.

Au bout d'une petite demi-heure, ils arrivèrent de nouveau au Palais Royal Enorii et firent une halte aux écuries pour y laisser leur monture se reposer un peu.


- J'ai été ravi de vous rencontrer chère Arya et je suis confiant quant à notre voyage à venir. Avec une telle compagnie, je ne vois pas ce que nous risquons.

Puis il reparti à l'étage dans la chambre qu'il occupait pour se laver un peu et se changer. Il déposa toutes ses affaires et armes au sol et contre le mur, puis se dirigea dans la petite salle de bain annexe. Barohir prit également la peine de se raser un peu, ignorant s'il allait pouvoir profiter de ses lames de rasoir aussi confortablement qu'ici, en face d'un miroir et avec de l'eau chaude, durant les longues journées de voyage qui allaient s’enchaîner. Il prit sa longue veste de cuire, couverte de terre et de poussière, s'assura que le fourreau de sa dague était bien attaché, puis jeta un instant un regard sur son arc, appuyé contre le mur de la pièce. En observant l'arme, il fut pris d'un sentiment de nostalgie, imaginant alors que son cousin, le défunt Dearanûr, aurait pu vivre cette aventure à sa place. Il imaginait le Roi du Delenor partir et confier la responsabilité à Barohir de veiller sur ses sujets, de guetter au loin pour les nouvelles, de veiller sur sa femme la Reine Galeïa en son absence. Puis, aussi subitement qu'inattendu, Barohir changea complètement de pensées. Il attrapa l'arc, le rangea sur son épaule, pris son carquois bien rempli et sorti de la pièce en prononçant quelques mots.

- Dearanûr, tu es mort, et c'est ici que s'arrête ton histoire, et ici que la mienne commence.

Puis il descendit en direction de la salle du trône. Lorsqu'il entra, il vit qu'Arthax le regardait d'une façon étrange, comme si la confiance qu'il avait envers Barohir se mélangeait avec une forme de méfiance. Etrange, se dit le Delenien. Ils attendirent enfin, le couple Royal, Arya et lui, l'arrivée de Cassandre, pour pouvoir enfin quitter Feanor avant de prendre la route en direction du Lareagan.


[HRP : RP clos ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV : Arya] [Sujet Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le calme avant la tempête [PV : Arya] [Sujet Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le calme avant la tempête [Intrigue 8]
» Le calme avant la tempête
» Le calme avant la tempête [Intrigue 8]
» Le calme avant la tempête ft Daisy [Base "secrète" du SHIELD]
» Le calme plat avant la tempête [PV Melodia Shūhebi]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pierres Sacrées :: Enáwen : La Cité de la Lune-
Sauter vers: