Pierres Sacrées

Forum RPG Médival Fantasy
 
N'oubliez pas de voter sur nos Top Sites toutes les deux heures !
Les inscriptions pour l'évent N°1 : L'assaut de Thenarÿs, sont closes. L'évent se passe ICI
Il reste de nombreux postes à prendre, allez voir ICI

Partagez | 
 

 Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 756

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Lun 10 Oct - 0:30

15 Aneksi 4 312.

    L'Enôrii quitta le palais royal en adressant un dernier signe de main à la relève. Il était temps qu'elle se repose, qu'elle se retrouve au calme. Dans son esprit, elle entendit le rire grave de son totem, qui lui demanda de se rendre à un lieu bien précis, non loin du palais. Arya stoppa sa marche et fronça les sourcils, se lançant dans une joute verbale - et mentale - avec Naka afin de savoir ce qu'il préparait. Malheureusement, le tigre noir auquel elle était liée refusa de le lui dire et prit grand soin de penser à autre chose pour que l'Enôrii ne le découvre pas. Las de se battre et sachant déjà qu'elle avait perdue, Arya reprit sa marche, un léger sourire flottant sur ses lèvres. Cependant, la belle créature ne rejoignit pas tout de suite son ami, qui ne manqua pas de s'en plaindre, mais gagna la demeure de son père afin de se changer. Elle portait encore son armure et ne comptait pas la garder sur le dos plus que nécessaire.

    Elle emprunta l'une des passerelles qui la mena chez elle, marchant d'un pas à la fois souple et gracieux. Lorsqu'elle pénétra dans l'ancestrale demeure des Lÿrargent, elle la trouva vide, ce qui ne l'étonna guère. Son père devait être parti marcher, comme à son habitude, et sa soeur devait être avec ses amies. L'Enôrii emprunta l'escalier en colimaçon qui la menait à l'étage. Elle pénétra dans sa chambre et referma la porte par télékinésie. Elle alla ensuite se poster devant son large lit et y posa les deux fourreaux noirs de ses skêlz. Il lui fallut quelque minute pour retirer l'armure, puis elle décida de faire une toilette rapide, ce qui ne manqua pas de faire grogner son Totem. Une fois rafraichie, elle passa une tenue simple, un bustier en cuir noir lacé sur le devant laissant apparaître son nombril, à gauche duquel on pouvait remarquer un glyphe Enôrii représentant l'élément eau, un pantalon de même matière ainsi que des bottes. A son cou pendait une chaîne en argent retenant un anneau fait dans le même métal, tout comme à son poignet se trouvait un bracelet argenté. Deux objets très précieux à ses yeux.

    L'Enôrii savait qu'elle ne portait pas une tenue très féminine et qu'elle était parfois critiquée pour son manque de gout lorsqu'il s'agissait de s'habiller, mais Arya était une combattante ... cependant lorsqu'elle passait l'une de ses robes, ce n'était plus la même femme. Elle semblait soudain beaucoup plus douce qu'elle ne l'était déjà, même si cette douceur était l'une des facettes de sa personnalité que peu d'Enôrii avaient encore la chance de connaitre.

    La belle créature rattacha ses skêlz à sa ceinture et quitta la maison de son père, ne tenant pas à faire attendre Nakaïh plus longtemps. Elle reprit l'une des passerelles qui menait au palais, étant donné que leur lieu de rendez-vous se situait non loin de là. Sur son chemin, elle ignora royalement les regards scrutateurs et murmures de certaines Enôrii qu'elle avait beaucoup de mal à supporter, et poursuivit son chemin comme si de rien n'était. Lorsqu'elle arriva enfin à son lieu de rendez-vous avec Naka, elle le trouva allongé dans l'herbe avec quatre adorables bébés tigre jouant près de lui. L'Enôrii s'approcha de son Totem et vint s'asseoir contre lui, caressant de sa main droite le sommet de son crane, tandis qu'un des petits essayait de grimper sur elle.

    # Ils sont ... adorables. #

    # Je savais que cela allait te faire du bien. #


    L'Enôrii sourit à son totem, qui lui lança un regard amusé, puis Arya prit dans ses bras l'un des petit qui tenta d'attraper l'une de ses sombres mèches d'un coup de patte. Elle repoussa la petite patte d'un geste très doux, puis allongea ses jambes devant elle, son dos appuyé contre le flanc de Nakaïh. Les petits de ce dernier ne tardèrent pas à tous revenir auprès de leur père, et plus précisément à marcher sur l'Enôrii, qui ne pouvait s'empêcher de rire. Cela faisait bien longtemps que ce son si agréable à entendre n'avait pas était émit par la belle Enôrii, dont le regard c'était considérablement adoucit. Au fond de lui, Naka savait qu'en cet instant toutes les défenses qu'Arya avait pu élever autour d'elle c'étaient effondrées. Auprès de lui se trouvait en ce moment l'Enôrii qu'il avait rencontré il y a sept-cent quarante ans.


Spoiler:
 

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 


Dernière édition par Arya Lÿrargent le Mer 9 Nov - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ombrelune
Princesse de Fëanör
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 20/09/2011
Localisation : Fëanör

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Princesse de Fëanör
Metier: Aède

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Lun 10 Oct - 20:04


La princesse de la Forêt d'Argent se sentait en parfaite harmonie avec ce qui l'entourait. Cela faisait quelques heures déjà qu'elle déambulait de sa démarche aérienne parmi les arbres immenses au tronc argenté, dans lesquels étaient incrustés les cristaux qui donnaient à la terre des Enôrii cette lueur éclatante qui reflétait la lumière des deux lunes et des étoiles, lorsque la nuit enveloppait de son manteau d'ébène les créatures aux oreilles effilées et aux crocs acérés du Peuple de la Lune. Mais pour l'heure, l'astre solaire réchauffait les âmes et les corps des êtres vivants qui demeuraient dans la célèbre et envoûtante Fëanör, berçant de ses rayons dorés le feuillage des arbres qui ondulait sous la caresse douce et légère du vent. C'était une belle matinée qui s'annonçait et Cassandre Ombrelune entendait bien en profiter. Sous son Aspect Totem, l'un des mystérieux pouvoirs que détenaient les Enôrii, l'héritière du trône de la Cité d'Argent était une louve à l'épaisse fourrure d'un blanc éclatant et dont les yeux dorés semblaient sonder les esprits, bien qu'étant de moindre envergure que son Totem, Gröwn.

Ce dernier marchait d'ailleurs à ses côtés, d'un pas lent et feutré, s'ébrouant de temps à autre en poussant des grondements de satisfaction. Qu'il était bon de se retrouver seuls entre loups, allongés l'un contre l'autre contre l'un des énormes arbres de Fëanör ! En cet instant, on aurait dit que rien n'aurait pu troubler ce sentiment de quiétude qui embaumait les esprits et enivraient les sens.
Mais un léger craquement de feuilles mortes vint troubler ce repos. Gröwn redressa ses oreilles noires et pointa sa truffe dans les airs pour humer les individus qui se rapprochaient, poussant de joyeux grognements.


* Des petits...Des tigres, si je ne m'abuse. Sans doute la tribu de ce vieux Nakaïh...*  suggéra le Chantelune en reportant son regard d'or sur ceux de son amie.

Et en effet, il ne s'y trompait pas. Bientôt, une petite troupe de grosses peluches félines de couleur noire sortit des fourrés et s'avança jusqu'à eux. Ils toisèrent un instant le Chantelune et la louve blanche puis s'avancèrent jusqu'à eux en trottinant, et commencèrent à les escalader avec entrain. Gröwn retroussa l'une de ses lèvres, arborant une sorte de sourire qui n'aurait cependant rien de rassurant pour quiconque ne connaissait pas son grand cœur, mais les petits félins ne s'en offusquèrent pas le moins du monde et se mirent à mordiller les oreilles de Cassandre, sous son Aspect Totem. Elle les poussa de son nez et l'un d'eux bascula en arrière, provocant l'hilarité des deux loups. Le dénommé Nakaïh se rapprocha d'eux et se coucha à leurs côtés, les saluant d'un grognement.

Le tigre noir et le Chantelune se mirent à entamer une discussion dans leur mode de communication animale, et Cassandre n'écouta que d'une oreille distraite, portant son attention sur les enfants de ce premier qui étaient d'un mignon des plus étonnants. Toutefois, elle se redressa sur ses pattes, et après s'être étirée, reprit son apparence normale. Les petits la regardèrent d'un air étonné qui la firent éclater d'un rire enchanteur. Cassandre annonça à Gröwn qu'elle allait revenir d'ici peu de temps, et elle s'élança ensuite en direction du palais royal.


Lorsqu'elle revint, quelques instants plus tard, c'était avec le vieil ocarina que son mentor lui avait offert lors de la traversée pour se rendre à Delenör quelques sept cent ans auparavant, mais elle se rendit compte qu'une autre Enôrii se trouvait à la place qu'elle occupait auparavant. En s'approchant avec douceur, elle constata qu'il s'agissait du chef de la garde royale, Arya Lÿrargent. Elle sourit, puis porta l'ocarina à ses lèvres, entamant une douce mélodie pour se faire remarquer. Gröwn, qui s'était éloigné, revint de son pas lent qui produisait quelques légers tremblements sous son poids conséquent et revint s'asseoir près de Nakaïh, écoutant son amie jouer sur son instrument de bois finement ouvragé. Lorsqu'elle eût terminé sa berceuse, Cassandre Ombrelune le rangea près de son sein et lança un doux regard sur Arya Lÿrargent.


« Je vois que je ne suis pas la seule à profiter des bienfaits de ce cher Krÿstólis dont les rayons nous dardent et nous enivrent... » dit Cassandre de sa voix légèrement grave qui n'était qu'un murmure suffisamment audible pour se faire entendre de son interlocutrice.

Elle vint s'asseoir dans l'herbe encore humide de la fraîche rosée aux côtés de l'Enôrii Arya Lÿrargent.


« Comment se porte le chef de la garde royale en cet instant paisible ? »

Gröwn se redressa et vint s'allonger contre le dos de son amie qui se laissa tomber avec grâce dans l'épaisse fourrure d'ébène du Chantelune, enfouissant son nez dedans. Il sentait bon l'herbe et les arbres, malgré une légère odeur de fauve qui n'était cependant pas désagréable mariée aux deux autres. De plus, il était extrêmement confortable, sa fourrure sombre absorbant davantage la chaleur du soleil que les autres couleurs, et les vibrations qui s'émanaient de lui avec ses grondements de bonheur faisaient office de massages dorsaux des plus exquis. C'était ces moments-là que Cassandre préférait, libérée de son statut d'héritière du trône, en osmose parfaite avec Quêliniel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annalabyr.forumgratuit.org
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 756

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Lun 10 Oct - 21:32

    Confortablement appuyé contre le flanc de son Totem, l'Enôrii avait levé son visage aux trais fins vers le ciel, laissant les doux rayons du soleil pénétrer et revigorer son corps après la longue garde qu'elle avait effectuée. Elle s'appuya un peu plus contre Nakaïh, se faisant laissant bercer par le rythme de sa respiration. L'un des petits entama l'ascension de son corps jusqu'à son épaule, ce qui fit légèrement sourire l'Enôrii, qui le laissa faire, les paupières toujours closes. Cependant, lorsque le bébé eu atteint son objectif, elle le sentit perdre l'équilibre. Arya le rattrapa avant que celui-ci ne rencontre le sol, et le jeune tigre cessa de bouger pour se rouler en boule sur les genoux de la belle créature, avant de fermer les yeux. Arya caressa distraitement la douce fourrure du petit, avant de fermer de nouveau les yeux et lever son nez vers le soleil. Elle appréciait énormément la sérénité de cet instant, où elle était à même de se reposer en toute tranquillité, après la longue garde qu'elle avait effectuée alors que la lune dominait encore le monde.

    Quelques minutes paressèrent ainsi, dans le silence, seulement troublé par le bruit du vent soufflant les sombres feuilles des arbres. Puis soudain, alors que la belle Enôrii aux yeux d'or commençait à s'endormir, elle capta une douce mélodie enchanteresse, qui lui fit dresser les oreilles. Elle ne chercha pas à savoir qui jouait une si belle mélodie, ayant déjà une idée sur la question, et demeura allongée contre le flanc de Nakaïh afin de savourer toute la beauté de ce morceau d'ocarina. Lorsque la musique s'estompa, Arya rouvrit les yeux et posa son regard doré sur Cassandre Ombrelune. Elle ne c'était pas trompée en pensant qu'il s'agissait de cette femme, car elle l'avait déjà entendue jouer durant ses longues gardes.

    Alors que Cassandre se rapprochait, Arya se releva rapidement en prenant appuis sur sa main droite, puis la salua à la façon des Enôrii.

    « Naôrra, Eninyä. »

    Le totem de Cassandre ne tarda pas à faire son apparition, surement attiré par la douce mélodie que son amie avait jouée. Il vint s'allonger derrière elle et la princesse se laissa aller contre son flanc, enfouissant son visage dans sa sombre fourrure. Arya observa la princesse quelques instants avant de se rasseoir et se laisser de nouveau aller contre Nakaïh, sa respiration lente et mesurée calmant le coeur de l'Enôrii. Celle-ci prit alors la parole d'un ton détaché, un ton que la princesse Enôrii était habituée à entendre. Seul sa famille avait encore la chance d'entendre la douce voix d'Arya, si calme et apaisante.

    « Elle est fatiguée par la longue garde qu'elle vient d'effectuer, de plus elle à un mal de dos affreux. Rester debout de longues heures durant sans avoir de quoi s'occuper est très pénible. »

    L'Enôrii ne fit pas attention à ce qu'elle laissa échapper et de ce fait elle fut parfaitement honnête, livrant à la princesse ce qu'elle pensait de son travail, qui avait le don d'être parfois très intéressant comme très ennuyeux.

    « Pardonnez-moi, je ne fais pas attention à ce que je dis. » dit telle, soudainement las.

    Elle détourna le regard, ne voulant pas soutenir celui de Cassandre. Elle n'avait pas besoin de voir celle-ci la juger. En présence d'une princesse il était conseillé de mesurer ses paroles, ce qu'elle avait toujours fait jusque là ... mais la lassitude venait d'avoir raison de son attention.


~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ombrelune
Princesse de Fëanör
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 20/09/2011
Localisation : Fëanör

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Princesse de Fëanör
Metier: Aède

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Jeu 13 Oct - 14:59


Cassandre Ombrelune venait de ranger son ocarina, et sa douce mélodie venait de rappeler le Chef de la Garde Royale Lÿrargent dans la réalité, cette dernière s'étant assoupie un moment. En remarquant la présence de la princesse de Fëanör, la dénommée Arya Lÿrargent s'était relevée prestement sur une main, puis avait salué la princesse aède selon les exigences du protocole lorsque l'on s'adressait à un souverain ou un membre de la royauté Enôrii. Cassandre eût un sourire et adressa un signe de tête à la femme aux yeux d'or pour lui signifier qu'elle pouvait reprendre sa place. C'était une belle journée et il faisait bon se reposer à l'abri de la chaleur que procurait Krÿstólis, allongé sous le feuillage épais des arbres de la Forêt d'Argent.

La princesse lui demanda ensuite comment se portait-elle et Arya eut une réponse des plus...directes. Manifestement, elle semblait éprouver une certaine lassitude vis-à-vis de sa fonction de chef de la garde royale et cela se ressentait dans l'intonation de sa voix et la sècheresse de la palabre. Cassandre eût un haussement de sourcil, surprise de ce qu'elle venait d'entendre. Après tout, c'était son devoir d'assurer la sécurité des membres de la famille royale, elle l'avait choisi. Toutefois, elle comprenait que l'Enôrii pouvait en avoir par-dessus la tête à certains moments. Demeurer debout toute la journée et une bonne partie de la nuit ne devait pas être chose aisée, mais ne pouvant se mettre à sa place, elle avait du mal à imaginer à quel point cela pouvait être barbant par moments. Cassandre, de par son statut, était l'intendante du trône lorsque ses parents devaient s'absenter de Fëanör, et elle avait la charge de diriger la Cité d'Argent en leur absence et de s'assurer que l'ordre établi se maintenait comme il se devait, bien qu'il n'y avait guère de problèmes dans ces cas-là. De même, lorsqu'elle devait assister aux conseils aux côtés de ses géniteurs, il était parfois terriblement ennuyeux d'écouter de longues heures durant bavasser les représentants des autres territoires de l'Annálabÿr. Cependant, cela pouvait également s'avérer intéressant, bien qu'elle rêvât davantage de voyage et de liberté, où elle n'aurait pas le poids de l'héritage du pouvoir familial sur les épaules.


« Ce n'est rien... Vous avez également le droit d'avoir des émotions et des opinions. Ceci dit, abstenez-vous la prochaine fois que vous serez en présence d'un membre de la famille royale. Si je puis tolérer cela, je doute qu'il en soit de même pour les souverains, qui pourraient considérer vos propos bien qu'involontaires comme un affront à leur égard... » murmura-t-elle à l'attention du chef Lÿrargent, ses yeux affichant une lueur glacée dans son regard de saphir.

Estimant avoir été trop dure dans ses paroles, elle reprit un visage plus doux et esquissa un sourire bienveillant à l'égard du commandant de la garde. L'Enôrii devait déjà ressentir énormément de lassitude et souhaitait très certainement profiter de son temps de repos avant de retourner à son poste, alors le temps n'était pas venu pour faire des sermons et juger de la loyauté de Lÿrargent. Cassandre était ainsi. La princesse, bien que paraissant froide et neutre de visage, était en vérité douce et compréhensive, mais avait l'habitude de porter un masque dans lequel ne s'exprimait que la logique, la rigueur et la ténacité. Gröwn poussa un grondement sourd pour signifier l'ennui qu'il éprouvait à écouter son amie lorsqu'elle prenait une intonation aussi dure. Il la préférait lorsqu'elle était naturelle et Cassandre le comprit très bien
.

* Tu sais, parfois je me dis que tu en fais un peu trop... * songea Gröwn.

* Certes, mais il faut bien que la famille royale se fasse respecter comme il se doit. Cela fait des millions d'années que nous régnons, et je pense que cela durera encore longtemps. Si nous laissons le peuple se comporter de façon désobligeante à notre égard, il en sera fini de nous, je peux te le garantir. C'est également pour cela que certaines lois sont aussi...dures. *

*Comme le fait de livrer les renégats aux Drëkhass pour que celles-ci les dévorent devant tout le monde ? Ou le fait de massacrer l'Enôrii qui se serait liée à un individu d'une autre espèce et en aurait eu une progéniture, ainsi que ces derniers ?* 

*Oui, par exemple. Mais essaie de comprendre... Nous nous abreuvons du sang des autres espèces, ce serait comme si toi tu t'éprenais d'un bon morceau de viande et que tu aies envie d'avoir une relation sexuelle avec. Ce serait bizarre, tu ne trouves pas ?*

*Hum...J'ai toujours... apprécié la manière détachée avec laquelle tu parlais de ce genre de choses... Ceci dit, je comprend ton point de vue, même si vous, les Enôrii, êtes assez extrémistes dans vos idées, parfois... *

* Ce sera ainsi jusqu'à ce que je récupère le trône d'Enáwen, Gröwn... Peut-être envisagerai-je de modifier certains codes, je n'en sais rien pour le moment. *

* Nous verrons bien le moment venu...Mais je maintiens ce que j'ai dit concernant vos idées... *


Cassandre le regarda puis haussa les épaules avant de reporter son attention sur Arya Lÿrargent. Elle semblait occupée avec la progéniture de Nakaïh, son Totem. La princesse ne connaissait celui-ci que de vue, et grâce à Gröwn qui le fréquentait un peu plus ces derniers temps. Elle se rapprocha du chef de la garde et après l'avoir scrutée un moment, lui adressa de nouveau la parole, de son habituelle voix douce :

« Vous ne semblez pas dans votre assiette. Y a-t-il quelque chose qui vous préoccupe et dont vous auriez envie de parler ? Ce ne sera nullement révélé et je fais le serment de garder les choses que vous pourriez me révéler pour moi-même. À part Gröwn, puisqu'il lit en moi bien sûr, mais vous pouvez lui faire confiance également.» 

Gröwn ne pouvait pas interagir avec l'esprit d'Arya, bien sûr, mais il poussa néanmoins un grondement sourd pour approuver ce que venait de dire son amie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annalabyr.forumgratuit.org
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 756

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Jeu 13 Oct - 21:52

    Etre commandant de la garde signifiait faire preuve de respect en présence d'un membre de la famille royale, en tout temps, même si cette personne était très désagréable. Cependant, dans le cas présent, Arya avait été directe, trop directe, étant donné que la princesse Enôrii n'hésita pas à durement le lui reprocher en adoptant un ton glacial. Arya savait parfaitement que la froideur de Cassandre Ombrelune n'était qu'une façade qu'elle s'obligeait à garder en présence de ses sujets. Durant ses longues gardes, l'Enôrii avait surpris plus d'une fois la princesse en compagnie de son époux, lorsqu'il était encore de ce monde, ou de son frère. Elle était très différente avec eux, très douce... Comme Arya pouvait l'être avec sa famille, alors qu'en publicelle paraissait dure.

    L'Enôrii grimaça légèrement, n'aimant point le ton emprunté par la princesse, mais la laissa faire, évidemment. Elle avait raison, après tout. Face aux souverains, si Arya avait dit cela ... elle n'osait imaginer ce qui aurait pu se passer alors. Cependant, le sourire bienveillant qu'elle esquissa ensuite soulagea l'Enôrii, qui le lui rendit timidement accompagnée d'un hochement de tête, en signe de remerciement.

    Grown, le totem de Cassandre, attira l'attention de son amie et ils commencèrent à converser mentalement. Dans son dos, elle senti Nakaïh s'agitait, comme prit d'un éclat de rire soudain. Arya se tourna légèrement et remarqua que les petits de son totem avaient entreprit d'escalader le corps de leur père, cependant, ce dernier était très grand et les bébés de Naka avaient énormément de mal à grimper sur son dos. L'Enôrii se mit alors à genoux, tournée vers son Totem, puis leva doucement la main. Elle se concentra un instant et souleva lentement les petits par la force de son esprit. Ceux-ci s'agitèrent un instant, étonnés de ne plus trouvait le sol sous leurs griffes, puis se calmèrent lorsque qu'ils sentirent la fourrure de leur père sous leurs petites pattes. Arya sourit doucement, puis chuchota quelques à la progéniture de son totem de sa voix douce, captant leur attention avec une facilité déconcertante, ce qui fit grogner Nakaïh et amusa la belle créature aux yeux d'or. Pendant un instant elle avait oublié la présence de la princesse à ses côtés, et se laissa aller à être elle-même.

    Cependant, la douce voix de Cassandre Ombrelune ramena le chef de la garde à la réalité, et celle-ci se recomposa un masque, n'affichant sur ses trais délicats que la neutralité à laquelle la princesse était habituée. Ses doigts se refermèrent sur l'anneau de sa mère, alors qu'elle posait son regard sur Cassandre.

    Non, Arya n'allait pas bien. Cela faisait des années qu'elle n'allait pas bien, et c'était seulement maintenant que la princesse le remarquait ? Alors qu'elle voyait Arya tous les jours ? Celle-ci fut tenté de ne pas répondre à l'interrogation de l'Enôrii, jugeant que cela ne la regardait pas, mais après y avoir réfléchi quelques secondes supplémentaires, elle décida de faire part de ses états d'âme à Cassandre

    « Majesté, cela fait bien longtemps que je ne vais pas bien... »

    l'Enôrii, jusqu'alors à genoux dans l'herbe fraiche, se releva et s'éloigna de quelques pas, silencieuse. Lorsqu'elle reprit, elle se retourna pour faire face à Cassandre.

    « J'étais fiancé ... et il est mort ... Aujourd'hui quelqu'un s'intéresse à moi et je me cache derrière mon travail et des excuses, parce que j'ai peur de souffrir encore une fois. C'est plus fort que moi, je n'arrive pas ... je n'arrive plus à m'ouvrir aux autres, encore moins à lui, surtout à lui. J'ai besoin de stabilité, de fiabilité et de durabilité ... je connais sa réputation par coeur, j'y ai assisté en direct à de nombreuses reprise ... ce n'est pas Eldakhar Ombrelune qui peut me donner cela. »

    L'Enôrii se tut, son regard plongé de celui de Cassandre. Sur le moment, dire cela à la princesse, se confier à quelqu'un d'autre que son Totem, avait semblé être une bonne idée. Maintenant que c'était dit, Arya avait de nouveau cette impression d'être allé trop loin. L'Enôrii détourna son regard et se mordit la lèvre, nerveuse et presque craintive devant la réaction de Cassandre Ombrelune. Se faire réprimander par la princesse n'était pas bon, pas bon du tout et encore moins pour elle.








~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ombrelune
Princesse de Fëanör
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 20/09/2011
Localisation : Fëanör

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Princesse de Fëanör
Metier: Aède

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Dim 23 Oct - 20:23


La souffrance, le mal-être, l'impression d'emprunter la descente au fond du gouffre avec cette sensation désespérante de ne pouvoir jamais remonter ni retrouver la lumière de l'espérance. Tout cela, Cassandre l'avait connue. Elle avait passé de merveilleux moments avec son ancien époux, Unÿndir, et avait subit le chagrin de sa perte d'une manière aussi imprévisible que douloureuse. Il s'en était allé brutalement rejoindre la Déesse de la Mort, laissant son épouse dans une affliction telle qu'elle eût l'impression de ne jamais pouvoir se remettre de ce départ vers le mystérieux monde de l'au-delà, alors qu'elle n'avait appris que récemment qu'elle attendait deux enfants. Puis, la venue de ses jumeaux, Sayanel et Elunia, l'avait aidée à retrouver sa force d'antan et son courage. Elle avait dépensé de nombreuses années à les éduquer tous deux, à les aimer profondément et leur enseigner que la mort n'était qu'un passage, un voile que chacun pourrait un jour écarter afin de rejoindre ceux que l'on aimait, avant de reprendre vie sous une autre forme. Elle avait dû gagner en maturité et en assurance en peu de temps, alors elle comprenait parfaitement ce que pouvait ressentir Arya, bien que leur histoire ait été différente. Elle entendait la souffrance qui oppressait le cœur de l'Enôrii.

Cette dernière hésita d'ailleurs avant de prendre la parole. Bien qu'elle côtoyait la princesse de Fëanör depuis des siècles de par son statut de chef de la garde royale, les deux femmes n'avaient jamais eu de contacts trop rapprochés. Du moins, elles ne faisaient que se saluer. Les soldats n'étaient pas entraînés pour manifester leurs états d'âme, et les Enôrii étant naturellement très fiers, ne montraient que rarement leurs faiblesses à leurs contemporains. Malgré tout, Arya franchit le cap et se décida à ouvrir son cœur à l'héritière de la Forêt d'Argent qui l'écouta avec grande attention, tout en caressant machinalement la fourrure de Gröwn qui s'endormait sous les rayons chaleureux du soleil.

Il s'agissait d'une peine que chantait son cœur. Le fiancé d'Arya Lÿrargent était mort, et les pupilles de Cassandre se dilatèrent en entendant cela. Elle acquiesça pour signifier à la jeune femme qu'elle comprenait parfaitement que l'on puisse ressentir cette souffrance qui vous rongeait de l'intérieur et vous brûlaient les entrailles, bien qu'elle n'osât s'aventurer en disant qu'elle savait l'ampleur de la douleur ressentie par l'Enôrii, puisque chacun étant différent, ne ressentait pas de la même manière, ni avec la même intensité. Cependant, il s'agissait d'une épreuve à passer, car bien que la personne aimée fusse partie, le temps et la sérénité permettait de cicatriser les blessures et de se remettre progressivement d'aplomb, mais Cassandre sentait bien qu'elle aurait manqué de cœur en le lui disant. Elle ne pouvait se mettre à sa place, ni personne d'autre d'ailleurs. Et le travail pouvait être un refuge comme un autre pour se voiler de la mélancolie. La princesse, ne travaillant pas de par son noble statut, avait dirigé toute son énergie sur ses enfants.
Arya finit par révéler que la personne qui la courtisait n'était autre que le prince Eldakhar Ombrelune. À ses mots, Cassandre eût malgré elle, un grand sourire qui s'étira sur ses lèvres, dévoilant ses blanches canines aiguisées. En effet, son frère, au cours de son existence, avait acquis la mauvaise réputation de n'être qu'un vil suborneur qui se plaisait à courir les femmes Enôrii pour ensuite les ignorer avec une arrogance étonnante. Cependant, Cassandre, ayant vécu de longs siècles à ses côtés, connaissait sa véritable personnalité. Elle laissa un vide s'instaurer entre elles deux durant quelques instants, après quoi elle se redressa sur son séant et prit la parole :


« Arya..vous savez, je connais très bien mon frère, et malgré tout ce que l'on peut dire sur lui, ou sur ses agissements quelque peu...osés, si je puis dire, c'est une personne qui possède un grand cœur et qui est dévoué envers ceux qu'il aime. Ce n'est rien de plus qu'une façade, un masque qu'il porte, lorsqu'il se retrouve en compagnie de femmes de son goût, et je dois dire qu'il est d'une maladresse épouvantable. Tout comme vous, il a besoin de quelqu'un en qui il pourrait avoir confiance. Certes, il nous a nous, sa famille, mais la solitude affective le pèse de plus en plus, ces derniers temps. Son cœur est lourd et mélancolique en ces heures sombres, et il lui faut quelqu'un d'à la fois fort et doux pour être présent à ses côtés. Il ne sait tout simplement pas s'y prendre pour vous aborder, mais si vous appreniez à le connaître, vous vous rendriez compte qu'il est très généreux. Il est doté d'un grand sens de l'humour également. Il est comme un enfant qui aurait grandi trop vite et qui tente diverses expériences. Alors ne soyez pas trop prompte à le juger aussi sévèrement. Pour vous voir chaque jour, je sais que vous êtes une personne droite et loyale, et bien que renfermée, vous êtes également dotée d'un grand cœur que vous dissimulez sous le masque de garde que vous devez porter quotidiennement au sein de notre cité. Pour vous, je lui parlerai, si vous le désirez... »


Cassandre s'adossa de nouveau contre Gröwn et gratifia Arya d'un signe de tête et d'un sourire qui se voulaient réconfortants. Eldakhar Ombrelune en faisait voir de toutes les couleurs à la gente féminine, et même si elle l'aimait énormément, la princesse songeait qu'il était temps pour lui de prendre de l'assurance afin de mieux aborder l'élue de son cœur. Elle connaissait la valeur que possédait l'âme de son frère et ne souhaitait que son bonheur, et ce, à tous niveaux. Au fond, elle s'en voulait quelque peu, car elle lui donnait souvent des conseils visant à démolir ses tentatives de séduction, et même si pour elle il s'agissait d'humour, elle commençait à se rendre compte qu'Eldakhar désirait au fond de lui, trouver la personne avec laquelle s'écouleraient ses derniers jours.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annalabyr.forumgratuit.org
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 756

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Sam 5 Nov - 4:25

    Chaque personne qu'on s'autorise à aimer, est quelqu'un qu'on prend le risque de perdre...

    Arya se souvenait encore de cette douleur qui lui avait transperçé le coeur lorsque son fiancé était mort dans ses bras. La mort était une étape importante de la vie, une épreuve. Nul ne savait ce qui se trouvait derrière ce voile mystérieux avant que toute vie quitte l'enveloppe charnelle. Lorsque le coeur de Celenduil avait cessée de battre, une partie de l'âme d'Arya avait cessée d'exister. L'Enôrii se perdit dans les méandres de la solitude et de la douleur et même le fait de savoir que Celenduil se réincarnerait fort probablement n'avait suffi à la guérir. Des années durant, elle c'était concentrée sur son travail, qui lui prenait tout son temps et son attention, elle n'avait donc pas l'occasion de penser à autre chose... Puis Il était arrivé. C'était tout récent, mais quelques mots de sa part avait suffi pour que son esprit se souvienne du passer, et que l'image d'un Celenduil au porte de la mort lui apparaisse brusquement. Avec les années, Arya avait fini par s'en remettre complètement, du moins c'est ce qu'elle pensait.

    Eldakhar Ombrelune lui plaisait, physiquement du moins, c'était indéniable et l'Enôrii avait du mal à croire qu'elle avait fini par se faire avoir elle aussi. Mais malgré cette attirance, qu'elle parvenait à réprimer avec une certaine facilitée, il y avait une chose, une seule chose qui, elle le savait, la tiendrait loin de cet homme. Son comportement avec les femmes. Le Prince de Fëanör était bien connu pour être un Don Juan par excellence, un dragueur invétéré ... ce qui avait le don d'agacer l'Enôrii, qui avait vu le Prince à l'oeuvre plus d'une fois ... et de nombreuses femmes se faire piéger, pour ensuite être totalement ignorée. Arya avait donc une opinion toute faite que cet homme au comportement qu'elle qualifiait de « gamin ».

    Lorsque l'Enôrii révéla à l'héritière du trône le nom de celui qui la courtisait, un grand sourire s'étira sur les lèvres de la princesse, tandis qu'Arya haussait les sourcils, étonnée par cette réaction qu'elle trouvait ... déplacée, en vue de la situation. Un silence pesant s'installa durant lequel Arya dévisagea Cassandre, en tentant de ne pas paraitre trop froide. Finalement, la Princesse du Peuple de la Lune se redressa et s'expliqua, ce qui eu pour effet de radoucir Arya, dont le regard d'or liquide se fit plus doux, naturel. L'Enôrii écouta les dires de l'héritière sans rien dire, captivée par chacun de ses mots. Celle fit d'Eldakhar une description totalement différente, qu'Arya trouvait davantage à son gout... si seulement il pouvait être ainsi, elle lui laisserait sa chance.

    L'Enôrii scruta le visage de Cassandre pendant quelques secondes, comme pour y déceler toute trace de moquerie. Mais la princesse était, évidemment, tout à fait sérieuse et Arya garda les paupières closes pendant quelques secondes, comme pour assimiler tout ce qui venait d'être dit. L'Enôrii aux yeux d'or revint s'asseoir auprès de la Princesse et de son totem, sur lequel elle porta un doux regard tandis qu'elle entendait son avis. Un mince sourire se dessina peu à peu sur les lèvres d'Arya, alors que celle-ci posait son regard doré sur Cassandre. Elle demeura ainsi, à l'observer en silence pendant quelques secondes. Le regard d'or d'Arya était, malgré le nombre d'individus que le peuple Enôrii comptait, unique et lorsqu'elle posait son regard sur quelqu'un, comme elle le faisait sur Cassandre présentement, on avait parfois l'impression qu'elle pouvait révéler et déchiffrer les secrets les plus enfouis.

    L'Enôrii passa ses doigts dans sa chevelure d'ébène et détourna son regard du visage de Cassandre, avant de finalement l'y reposer lorsqu'elle prit enfin la parole.

    « Vous faites de lui une description bien différente de la mienne et j'ose espérer qu'il est vraiment ainsi. Je ... je ne demande pas grand-chose... je désirs parler à Eldakhar Ombrelune, votre frère et pas le prince, pardonnez ma franchise, coureur de jupon. Pas de masque, moi-même je suis las de le porter ... juste ... Lui, tel qu'il est vraiment. Si je ne peux pas avoir cela, si ça se passe comme pour toutes les autres ... il est inutile d'espérer, de penser même, qu'il puisse se passer quelque chose... mais ça ... il doit le comprendre et le faire par lui-même. »

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ombrelune
Princesse de Fëanör
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 20/09/2011
Localisation : Fëanör

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Princesse de Fëanör
Metier: Aède

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Ven 11 Nov - 22:08


Eldakhar Ombrelune avait acquis une très mauvaise réputation de coureur de jupons au cours des longs siècles de son existence. Les femmes se laissaient charmer par ses palabres des plus flatteuses, et lorsqu'elles mordaient enfin à l'hameçon, il avait la fâcheuse manie de les laisser tomber par la suite, sans avoir de scrupule aucun, en apparence.
En vérité, Eldakhar n'osait pas véritablement s'engager dans une relation sentimentale, car il craignait de trop s'attacher et d'avoir à en souffrir par la suite, ce qui était compréhensible, pour Cassandre du moins.

En effet, elle aussi avait eu son lot de souffrance. Lors de la bataille qui opposa les royaumes de Lareagan et de Fëanör, en l'an 4112, deux cent ans auparavant, la princesse de Fëanör apprit à son grand désespoir que son époux, Unÿndir Ombrelune, avait trépassé sous les traits des ennemis de la Forêt d'Argent. Alors enceinte à ce moment-là, elle avait accompagné son époux jusqu'à ce qu'il pousse son dernier soupir. Sa force mentale de continuer à vivre lui provenait des jumeaux dont elle était enceinte, et le suicide rituel aurait été un crime à ce moment-là, puisqu'elle allait donner la vie. Elle prit donc sur elle et s'efforça de demeurer forte face à la souffrance qu'elle parvint à apprivoiser, puis à éradiquer complètement. Mais cela prenait du temps...

Cassandre tenta de justifier la raison de son sourire à Arya, qui devait être quelque peu choquée par son faciès actuel. Son frère avait au fond, bon cœur et était dévoué. Il était juste...maladroit. Le commandant de la garde royal exprima son désir de parler à ce frère si différent de ce qu'il semblait être habituellement. Ceci allait s'avérer quelque peu difficile, car pour l'heure, il était parti voir de nouveaux horizons. Cassandre hocha la tête et répondit :


« Mon frère est parti en voyage avec ma fille pour quelques temps. J'ignore quand il va revenir, mais vous pourrez lui adresser la parole à ce moment-là. Il vous faudra être patiente, cependant, car il a du mal à demeurer sérieux. »

Cassandre lui adressa un sourire bienveillant, et se redressa sur son séant. S'étirant, elle se releva avec grâce et croisa le regard de son Totem, Gröwn, qui se releva. La princesse l'enfourcha promptement et incita Arya Lÿrargent à faire de même.

« Allons nous promener par nos terres. Je n'aime pas rester oisive continuellement. Nous pourrions peut-être trouver quelque chose à faire pour vous changer de vos idées sombres, Arya. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annalabyr.forumgratuit.org
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 756

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Mar 22 Nov - 16:09

    L’Enôrii hocha la tête. Elle avait eu vent du départ du prince, bien qu’elle n’y avait pas assistée personnellement. Ce jour là, elle était restait chez elle, elle s’en souvenait encore. C’était le seul jour où elle pouvait se reposer, car elle ne travaillait pas. Alors qu’Eldakhar quittait la cité, elle se rappelait s’être penchée à son balcon pour le regarder partir, avant de rentrer rapidement dans sa chambre et de venir s’allonger sur son lit. Ce jour là, elle c’était dite … qu’elle aurait la paix, qu’elle pourrait faire le point tranquillement.

    La Princesse se releva avec grâce et son magnifique regard saphir croisa celui, mordoré, de son Totem. Cassandre grimpa alors sur le dos de Gröwn, puis invita Arya à en fait de même. L’Enôrii hocha la tête puis se releva prestement avec autant de grâce que la princesse. Nakaïh se releva également et étira ses pattes, puis se pencha légèrement en avant pour permettre à l’Enôrii de monter sur son dos. Une fois perché, ses longs doigts fins enfoui dans son épaisse et douce fourrure, le tigre ce mit à marcher d’un pas léger, pour sa taille imposante. Après plusieurs minutes de silence, un silence qui n’avait pourtant rien de gêné, la plus jeune des deux Enôrii posa un doux regard doré sur la princesse.

    « Pourriez-vous jouer encore de votre instrument ? C’est très apaisant. »

    Ses paupières se fermèrent d’elles même tandis que la douce mélodie de l’ocarina résonnait à ses oreilles. Cet instrument avait un son particulièrement agréable aux oreilles d’Arya, qui se dressaient naturellement, réceptives à cette douce mélodie. Lorsque le morceau prit fin, l’Enôrii se sentit très détendue, apaisé. Tout ces tracas semblaient avoir disparus dans un coin de son esprit, et qu’ils lui feraient le plaisir de ne pas réapparaitre avant quelques temps. Sans tourner son regard vers Cassandre, l’Enôrii lui posa une nouvelle question totalement différente de la première.

    « Vous n’êtes pas obligé de répondre si vous trouvez la question trop … personnelle, je comprendrais. Qu’est-ce que ça fait d’avoir … cette présence féminine plus âgé que vous à vos côtés ? Je n’ai pas de sœur ainée, bien que j’aimerais vraiment en avoir une et … ma mère est morte quand j’étais jeune. » - elle sourit – « J’ai mon père, bien sûr, et même s’il a toujours de bon conseil lorsqu’il s’agit de mon travail … parfois je me dis que j’ai vraiment besoin de quelqu’un. »

    D’un geste de la main, elle balaya ces dires, accompagnés d’un sourire gêné.

    « Oubliez cela, c’est ridicule. » - et plus bas, pour elle-même – « On dirait un appel à l’aide… »

    A ce moment là, Nakaïh stoppa net, interrompant les réflexions de l’Enôrii. Il regardait droit devant lui et chaque muscle de son corps étaient tendus, comme s’il était près à bondir. Arya savait ce qu’une telle posture voulait dire.

    « Majesté, partez. »

    Les deux Enôrii c’étaient assez éloignés de la Cité de la Lune, et Arya doutait qu’il y ait beaucoup de sentinelles dans le secteur. D’entre les arbres sortit alors une créature gigantesque, aussi grande que Nakaïh et Gröwn. Une araignée géante, l’une des créatures qu’Arya détestait par-dessous. A sa simple vue elle sentait ses cheveux se dresser sur sa tête, prise d’un profond dégout et … il fallait le dire, d’une peur silencieuse. Elle saute à terre et pesta contre elle-même, son arc à flèche lui aurait été utile contre cette créature, qui avançait déjà vers elle. D’un geste rapide, elle saisit ses Skêlz et les tira de leur fourreau de cuir. Elle se plaça devant Gröwn tandis que Nakaïh disparaissait à travers les arbres pour tenter d’attaquer la créature par le flanc ou l’arrière.

    « Partez, princesse, je vais la retenir. » ordonna telle d’une voix assurée, mais au fond de laquelle on pouvait entendre une note de peur. Elle avait déjà affronté une telle créature, mais pas seule avec Nakaïh.

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ombrelune
Princesse de Fëanör
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 20/09/2011
Localisation : Fëanör

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Princesse de Fëanör
Metier: Aède

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Mer 28 Déc - 11:33


La cadette des deux Enôrii sauta lestement sur son Totem et emboîta le pas à la princesse de Fëanör, dont le Chantelune qu'elle montait prit l'un des sentiers de la forêt, s'éloignant au fur et à mesure de la Cité de la Lune. Alors qu'un doux silence enveloppait de son manteau les deux créatures humanoïdes, la plus jeune demanda à Cassandre si celle-ci daignait jouer de nouveau de son instrument. Cassandre la regarda et hocha la tête en souriant. Elle plongea sa main dans son vêtement et ressortit de son sein son ocarina qu'elle gardait sur elle en toutes circonstances. Posant ses lèvres et ses doigts sur celui-ci, elle insuffla très légèrement de l'air afin que la mélodie puisse retentir parmi les arbres. C'était un son doux et puissant à la fois, et pur ; même les arbres semblaient mouvoir leurs branches avec grâce au rythme de l'air produit par l'ocarina de bois. La princesse jeta un regard à Arya qui fermait les yeux, se laissant porter par la musique ensorcelante, et esquissa un sourire. Elle s'arrêta de jouer lorsque le commandant de la garde royale lui adressa une nouvelle question, qui n'avait rien à avoir avec ses précédentes interrogations.

« Hum.. Hé bien...Je vais tenter de vous répondre au mieux, Arya. Le fait d'avoir une mère est assez chaleureux bien qu'elle puisse parfois -pour ne pas dire souvent- être assez...inquiète pour Eldakhar et moi, depuis que ma sœur cadette est partie on ne sait où. Cela part d'un bon sentiment, certes, mais cela est assez...Agaçant, par moments. C'est aussi pour cela que j'aime m'évader aussi souvent que faire se peut dans la forêt. Là, je puis y méditer en paix, loin des tâches qui m'incombent et être moi-même. Par conséquent, lorsque je ne suis pas là, elle reporte son dévolu sur Eldakhar...et j'aime assez me moquer -gentiment, bien sûr- de lui à ce sujet. Il avait besoin d'air lui aussi, c'est pour cela qu'il a dû partir, je pense. Quant à ma sœur, je reconnais avoir eu tort d'être trop proche d'Eldakhar et de ne pas me rendre compte à temps que nous l'avions délaissée...Que JE l'ai délaissée... » finit par murmurer Cassandre, la mine sombre. `

Elle tourna son regard d'acier vers Arya et s'approcha suffisamment d'elle pour lui poser une main fine et pâle sur l'épaule, avant d'ajouter de sa voix douce :


­« Je ne connais que brièvement votre passé, Arya, et bien que les us et coutumes de notre peuple ne permettent pas un tel rapprochement entre un membre de la famille royale et une militaire, je ferai une exception pour vous. Si tel est votre désir, je serai là pour vous épauler dans les moments de doute ou quand vous aurez envie d'une présence féminine plus âgée que vous. Vous n'avez pas à vous inquiéter pour...Que se passe-t-il ? »

Les Totems s'étaient arrêtés net et s'étaient mis à gronder à l'unisson, pointant leurs regards en direction d'un amas de buisson. Cassandre eût un frisson qui signifiait que son instinct lui soufflait de fuir, car il y avait danger qui se profilait à l'horizon. Quel était-il ? Arya était désormais comme son Totem, aussi tendue que lui et prête à réagir. Elle lui demanda de partir. Il était vrai que les jeunes Enôrii s'étaient aventurées dans une zone non gardées par les sentinelles, et ce, pour une bonne raison.

Parmi les arbres et les buissons sombres, surgit une forme noire, gigantesque, aussi grosse que Gröwn et Nakaïh, munie de yeux multiples et de pinces acérées qui pouvaient aisément broyer un cheval en plusieurs morceaux. L'une des nombreuses araignées géantes qui peuplaient Fëanör. Arya sauta de son Totem, ses deux skêlz en main et se plaça devant Cassandre pour la protéger. Pouvait-elle sentir la peur s'émaner de la commandante, ou était-elle dominée par sa propre peur qui annihilait ses sens ? La princesse ne sût le dire et à dire vrai, ne s'en souciait pas pour le moment, tant la terreur la paralysait sur Gröwn. Une fois encore, Arya l'implora de partir, et comme elle ne disait rien, Gröwn se chargea de faire demi-tour. Une personne, même avec un Totem aussi fort et puissant que l'était Nakaïh, n'avait aucune chance de battre une telle créature. Il fallait être au moins trois Enôrii pour abattre une seule de ces bêtes immondes sur leurs pattes velues, car elles étaient extrêmement résistantes, non seulement aux flèches, mais également aux skêlz. Ce qui était grandement problématique.

Cassandre reprit alors ses esprit et secoua légèrement Gröwn qui repartait vers la Cité de la Lune et s'éloignait de la bête, et donc, d'Arya.


« Demi-tour ! Tout de suite ! » s'écria Cassandre.
*Si nous y retournons, nous allons nous faire tuer...*
« Oui, mais Arya et Nakaïh aussi se feront tuer ! »
*Tu es de sang royal, tu dois reprendre le trône, ne l'oublie pas.*
« Tu m'ennuies, Gröwn. Fais ce que tu veux, moi j'y retourne ! »

Cassandre avait dit cela en sautant lestement de son Totem, et se ruait déjà à la rescousse d'Arya qui s'apprêtait à affronter l'une des pires horreurs de Fëanor, et peut-être même, de la planète. Cassandre se plaça aux côtés d'Arya et sortit ses propres skêlz, avant de prendre la parole d'une voix forte, pour se rassurer et ne pas se laisser engourdir par sa propre peur.

« Si vous devez combattre, je serai à vos côtés. Si nous devons mourir, nous mourrons en s'étant battu pour notre survie. »

Elle adressa un sourire encourageant à Arya avant de se recentrer sur la bête...qui avait disparu. Le cœur battant, elle scruta les arbres et s'avança à pas de loup, ne laissant jamais son regard se poser plus de deux ou trois secondes sur un endroit, les sens affutés, plus particulièrement l'ouïe, ses longues oreilles effilées se mouvant pour percevoir le plus de sons possible. Le vent qui caressait les feuilles des arbres, les branches mortes qui craquaient sous leur poids, les deux Enôrii qui se déplaçaient. Soudain, un bruissement dans les arbres qui n'avait rien de normal se fit entendre, paralysant Cassandre qui n'osait plus bouger, se voulant aussi discrète que possible...Et aussi pour calmer son rythme cardiaque qui s'était emballé à une vitesse folle. Elle respira profondément pour s'apaiser et ferma les yeux. Elle entendit un grand bruit mât devant elle qui la fit sauter en arrière et tomber parmi les feuilles mortes. L'araignée géante se trouvait face à elle et commençait à foncer sur elle, en faisant claquer ses pinces énormes de manière intempestive. La princesse fit une roulade sur le côté, et déchira le bas de sa robe avec ses skêlz pour pouvoir se déplacer plus facilement.

« Arya, fuyez ! Fuyez ! » hurla-t-elle, l'araignée sur ses talons, tandis qu'elle courait de toute la puissance de ses jambes.

Le problème, c'est que l'araignée, elle, en avait huit et puissantes également. Pas assez pour rattraper un Enôrii en pleine course, certes, mais les obstacles qu'apportaient les arbres et autres ne permettait pas aux Enôrii de s'élancer au maximum de leur célérité, et leur frêle corpulence ne leur permettait pas non plus de démolir les obstacles qui se présentaient à eux sur simple passage, comme l'araignée pouvait le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annalabyr.forumgratuit.org
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 756

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Ven 30 Déc - 16:41

    Jamais elle ne c'était cramponné si fort à ses Skêlz, de peur que la seule arme qu'elle possédait lui échappe et cause invariablement sa mort. Mais qu'elle meurt maintenant, alors que la Princesse venait, en quelque sorte, de devenir son ... amie... Quel mot étrange pour qualifier Cassandre... Revenant à la réalité, Arya esquiva un coup de patte meurtrier en sautant sur le côté, exécutant un parfait rouler-boulet avant de se relever et de se dissimuler derrière un arbre, tous les sens au aguet.

    # J'ai bien une idée mais il faut quelque chose pour l'immobiliser et tu n'es ni assez grand ni assez fort pour le faire, Naka... Un tronc d'arbre peut-être... #

    # ATTENTION ! #

    Le cri mental de son Totem la força à changer rapidement de cachette alors que l'imposante araignée encerclait sa précédent cachette de ses immenses pattes velues ... si elle s'était trouvé la son corps aurait été littéralement broyé par cette force phénoménal. Cette fois-ci, dissimulé derrière un monticule de terre, elle surveillait l'araignée via le lien qui l'unissait à Nakaïh, puisque lui, tapis dans l'herbe et l'obscurité, parvenait à la voir sans être vu. C'est alors qu'un bruit de pas la fit sursauter et, levant son Skêlz, elle s'apprêta à attaquer, mais retint son geste à la dernière seconde lorsqu'elle se rendit compte de qui il s'agissait. Elle l'observa sortir ses skêlz, alors qu'Arya se plaçait en position d'attaque, l'araignée venant vers elles, bien qu'elles restaient dissimulées, mais il ne faudrait pas bien longtemps à l'araignée pour les repérer... Tournant son visage vers la princesse, elle tînt ses mots.

    « Vous devez partir. Vous êtes la futur reine, vous êtes irremplaçable, vous n'avez pas le droit de mourir, ce qui n'est pas mon cas. J'ai jurée de vous protéger jusqu'à la mort et si cela doit arriver vous me trouverez bien vite un remplaçant ... mais vous, personne ne peut vous remplacer... Des commandant de la garde il y en a une des centaines et il y en aura d'autre après moi ... Mais des Cassandre Ombrelune il n'y en a et en aura toujours qu'une. Allez-vous-en. »

    Malgré ce discourt, Cassandre lui adressa un sourire avant de se recentrer sur la bête ... Arya jura intérieurement, les membres de la famille royale lui donnaient vraiment du fil à retordre ... Eldakhar, maintenant Cassandre... Elle n'eut guère le temps de la retenir avant que la princesse ne s'avance à pas de loup entre les arbres, scrutant la moindre parcelle d'ombre. Arya s'avança bientôt, elle aussi, à travers les arbres, les sens au aguet. Ce n'était pas la première fois qu'elle croisée une araignée, à vrais dire, mais lorsque cela était arrivé ... elle n'avait jamais était seule, ou avec une princesse en robe, ce qui n'était pas vraiment adéquat pour se battre... Un craquement sec lui indiqua que la Princesse était tombée et lorsqu'elle arriva sur les lieux, elle vit une Cassandre courir aussi vite que possible, l'araignée sur ses talons. Même sa majesté était rapide, l'araignée l'était également et les obstacles que représentaient les arbres n'étaient riens pour la bête. Arya décida alors de faire quelque chose de très, très bête, mais qui donnerait assez de temps à Cassandre pour se cacher. Prenant sa forme Totem, elle se mit à courir, Naka à ses coté.

    # Que faisant nous ? #
    # On saute, sur son flanc, on doit la faire tomber. #

    Poussant, à l’unissant, un rugissement afin de l’attirer, les deux tigres sautèrent en même temps sur l’araignée, crocs et griffes dehors. Le poids de Nakaïh était déjà assez conséquent, mais celui d’Arya vint s’y rajouter et l’araignée bascula sur le côté. Cependant, dans la manœuvre un couinement put se faire entendre lorsqu’une des pattes de la bête toucha Arya au flanc et lorsqu’elle reprit une apparence normale, rejoignant Cassandre derrière un arbre, elle avait la main posée sur son flanc, le sang colorant ses doigts en écarlate. La blessure était profonde, mais les pouvoirs d’Arya pouvaient la guérir … si seulement elle avait le temps de se concentrer un instant dessus.

    Posant son regard sur la princesse, elle se souvint de quelque chose, et remontant son regard afin de trouver ses deux saphirs, elle prit la parole.

    « Vous êtes d’élément terre il me semble … Pouvez vous utiliser vos pouvoirs pour l’immobiliser ? Avec des racines par exemple. Je pense pouvoir l’éliminer si vous parvenez à la tenir immobile suffisamment longtemps. Il y a un petit ruisseau non loin d’ici, je vais l’attirer là bas, ce sera à vous de jouer ensuite. »

    Sans crier garde, Arya détala aussi vite que possible, passant sous le nez de l'araignée qui se mit aussitôt en chasse. Lorsqu'elle entendit enfin le bruit de l'eau qui coule, elle sauta à pied joint dans l'eau, se retrouvant dans son élément. Ce n'était qu'un petit ruisseau, rien de très impressionnant, rien à voir avec le Lac Quêlnos. L'araignée se trouvait à peine deux mètres et Arya peinait à éviter ses coups de pattes, sa blessure la faisant souffrir. Elle était obligée d'endiguer le flot de sang avec sa main, ce qui ne lui permettait que de tenir un Skêlz. Celui qu'elle avait rengainé quitta pourtant son fourreau sans qu'elle n'ait à le toucher et vola en direction de l'araignée, venant se planter dans un de ses yeux. Elle savait que Cassandre se trouvait là, quelque part, et c'est ainsi qu'elle hurla...

    « Cassandre, maintenant ! »

    L'emploi de son prénom se fit de lui-même et elle n'y fit guère attention sur le coup. Se plaçant à genoux dans l'eau, elle ferma les yeux alors que la bête se débâtait devant elle. Prenant le contrôle de la moindre parcelle de liquide, une vague de tarda pas à remonter le courant du fleuve. Passant au-dessus d'Arya, qui fut aspergé d'eau des pieds à la tête dans le processus, une barrière ne tarda pas à se former autour de l'araignée, pour finalement former une prison aqueuse autour de l'animal, l'empêchant de respirer ... la noyant. Son plan avait miraculeusement fonctionné et lorsqu'elle jugea l'araignée morte, elle laissa l'eau retomber, avant de se laisser aller en arrière dans le lit du ruisseau, trompée, blessée et fatiguée par cet effort qu'elle avait fournit alors qu'elle perdait une grosse quantité de sang, ce qui pourrait lui couter la vie si rien n'était fait ... Mais Arya n'était guère en mesure de se soigner elle-même. L'eau ne pouvait l'immerger, le niveau étant bien trop bas, et par chance elle n'avait jamais froid au contact de son élément ... Trop faible pour comprimer sa blessure plus longtemps, elle sombra dans l'inconscience, son sang venant tinter l'eau d'une très légère rougeur, alors que Nakaïh arrivait enfin et tirait l'Enôrii vers l'herbe sèche, sans savoir quoi faire pour l'aider... c'est ainsi qu'il tourna son regard implorant vers la Princesse, poussant ce qui pouvait s'apparenter à un appel à l'aide.

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ombrelune
Princesse de Fëanör
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 20/09/2011
Localisation : Fëanör

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Princesse de Fëanör
Metier: Aède

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Ven 6 Jan - 23:41


Une fois que Cassandre, la robe déchirée -les servantes font avoir du fil à retordre, c'est le cas de le dire!- songea-t-elle, eût trouvé une cachette plus ou moins sûre après sa course, elle se retourna brusquement pour voir où en était Arya Lÿrargent, mais elle ne la vit plus. Fronçant les sourcils, elle n'eût que le temps de remarquer deux énormes tigres se jeter sur l'immonde araignée, qui malgré sa taille imposante, bascula sur le côté. Dans le méli-mélo de fourrure, de pattes et de grognements en tous genres, Cassandre distingua un couinement plaintif tandis que l'araignée frappait violemment le tigre le plus menu, projeté sur le côté. Il se releva et reprit la forme d'Arya, qui se maintenait le côté d'une main ensanglantée, pour barrer l'hémorragie. Cassandre posa sa main sur elle et la força à s'asseoir un moment.

Arya croisa le regard de Cassandre et sembla se souvenir que la princesse était de l'élément Terre. Or, lorsqu'on était en forêt, il n'y avait rien de plus judicieux que de pouvoir enchanter la flore foisonnante de ce domaine. C'est ce que Arya suggéra à Cassandre qui acquiesça. Dans la panique, elle n'avait pas penser à utiliser ses pouvoirs immédiatement, trop occupée à tenter de sauver sa peau, et celle d'Arya par la même occasion. Le chef de la garde royale lui expliqua son plan et détala sans crier gare, obligeant l'araignée géante à lui courir après. La princesse quant à elle, s'avança à pas furtifs pour se tenir prête à tendre le piège à la bestiole.

Elle vit Arya s'aventurer en direction du ruisseau et sauter sans réfléchir davantage dans son eau, suivie de près par l'araignée qui faisait claquer ses pinces avec véhémence. Par la force de son esprit, elle fit jaillir son Skêlz hors de son fourreau et l'envoya se planter dans un œil de l'araignée qui poussa un grognement de douleur. Cassandre entendit alors sa congénère hurler son prénom et c'est à ce moment précis qu'elle surgit hors de son abri, ses cheveux dansant dans son élan, les mains tendues, ses yeux se mettant à s'illuminer d'un bleu électrique, les mains l'une en face de l'autre. Elle forma ainsi une boule d'énergie de couleur verte et l'envoya exploser contre les racines de trois arbres. Ces derniers semblaient alors s'animer et agitèrent leurs énormes et robustes racines. Cassandre les regarda d'une manière et intense, et porta ensuite ses iris illuminés sur l'araignée. Aussitôt, les racines vinrent s'enrouler autour de l'araignée, brisant quelques uns de ses os au passage, ce qui eut pour effet d'accroître les cliquetis de douleur de l'affreuse créature.

Toutefois, les entraves de la bête ne tiendraient pas éternellement, car cela dépendait uniquement de l'énergie de Cassandre qui jeta un coup d'oeil en direction d'Arya, à genoux dans le ruisseau, ses doux yeux dorés clos pour la concentration, tandis que l'araignée tentait de se libérer des racines des arbres. L'eau du ruisseau sembla alors augmenter, et une vague se forma, pour ensuite se jeter sur l'arachnide et lui créer ainsi une prison aquatique. Elle se débattit encore quelques minutes, puis ses pattes velues se replièrent d'elles-mêmes sur son corps, indiquant que la créature venait de mourir noyée. Cassandre frissonna. Si une mort l'effrayait plus que tout en dehors de se faire dévorer vivante par les Drëkhass, c'était la noyade. Car on savait que l'on était entrain de mourir et que l'on ne pouvait rien y faire, que notre sort était scellé d'avance. Par chance pour elle, l'araignée ne le sut jamais, n'étant pas assez évoluée intellectuellement pour connaître la signification de perdre la vie.

L'héritière de Fëanör soupira de soulagement, et annula l'enchantement qu'elle avait opéré sur les racines, ces dernières regagnant leur place habituelle. Mais en tournant la tête, elle vit Arya tomber en arrière et se laisser emporter par les flots du ruisseau, épuisée par ses blessures et par l'effort qu'elle venait de fournir pour mettre fin à l'existence de l'araignée. L'enchantement de l'eau avait accru son hémorragie qui teintait l'eau d'une couleur rouge, et la princesse vit Nakaïh, le Totem d'Arya, tirer son amie hors de son élément naturel pour la ramener sur la terre ferme. Elle était à présent inconsciente et ne pouvait se guérir elle-même, entre la vie et la mort, ses longs cheveux trempés contrastant étonnamment avec son teint qui était devenu blafard, ses lèvres ayant perdu rapidement de leur couleur. Elle allait bientôt mourir si rien n'était fait à temps. Et si Arya mourait, Nakaïh aussi perdrait la vie...

Cassandre se rua sur celle qui les avait toutes deux sauvées d'une mort certaine et écarta ses cheveux qui lui obstruaient les narines et l'empêchaient de respirer, et ce, afin de mieux jauger son état. Jetant un coup d'oeil au Totem, elle se rendit compte qu'il s'était couché lui aussi, et soufflait bruyamment, sans doute au bord de la mort, lui aussi. Il n'y avait qu'une seule chose à faire, et Cassandre avait les compétences pour y parvenir.

Elle ferma ses yeux et se concentra, s'immergeant totalement dans son esprit de manière à être en phase totale avec Annálabÿr, leur monde, qui lui fournirait l'énergie nécessaire pour guérir les blessures d'Arya. Mais rien n'était certain...

Elle passa deux heures à tenter de la soigner, mais ne réussit qu'à la refermer suffisamment pour stopper son hémorragie. Sa blessure s'était presque refermée mais elle était toujours inconsciente, la bouche ouverte, laissant apparaître ses canines d'un blanc éclatant. Même au bord de la mort, elle était d'une beauté saisissante, se surprit à songer la princesse de Fëanör. Elle comprenait pourquoi Eldakhar était attirée par elle...Il avait toujours aimé les belles femmes et cela n'étonnait pas Cassandre que son cœur ait porté son dévolu sur le commandant de la garde royale. Elle devait pourtant faire une dernière chose pour la ranimer et la ramener du passage étroit qui séparait la vie de la mort...

Elle remonta sa manche gauche jusqu'au niveau de son coude, et tout en regardant Arya d'un air inquiet, mordit à pleines dents dans son propre bras en poussant un grognement de douleur, et en fit jaillir une bonne quantité de sang. Elle s'était tranchée une veine et il fallait qu'elle agisse vite pour avoir le temps de se soigner elle-même...si elle le pouvait à ce moment-là.

Elle se pencha au-dessus d'Arya Lÿrargent et mit son bras au niveau de sa bouche entrouverte, tâchant ses lèvres de son sang, et lui faisant avaler une bonne quantité du sien. Elle vit les paupières du commandant palpiter très faiblement, tandis que Nakaïh reprenait peu à peu du poil de la bête et s'avançait lentement vers Cassandre, observant ses faits et gestes en ronronnant. Cassandre n'eût pas le temps de voir si Arya avait repris connaissance ou non, car elle-même se sentit défaillir. Elle lui avait donné énormément de sang pour la revigorer, s'oubliant elle-même et elle sombra à son tour dans l'inconscience, relativement bien affaiblie. Les blessures d'Arya s'étaient au moins refermées et l'on ne voyait plus que de légères cicatrices...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annalabyr.forumgratuit.org
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 756

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Sam 7 Jan - 3:22

    Alors qu'elle se trouvait là, allongée dans l'herbe, le sang ruisselant de sa blessure et la vie s'échappant peu à peu de son corps, elle repensait à toute son existence, à ses échecs, à ces sept-cents cinquante dernières années. Elle avait tant vécue ... Joie, bonheur, tristesse, souffrance ... tout cela faisait partie de sa vie comme de la vie de chaque être peuplant cette forêt ou ce monde. Sentant le noir l'emporter peu à peu, elle se laissa aller vers les bras que lui tendait Sÿlmenás ... elle pouvait voir sa mère et Celenduil se tenir près d'elle, mais leurs expressions ... elles étaient tristes, très tristes. Puis elle vit son père, sa soeur, ses quelques amis ... Eldakhar ... Ils ne voulaient pas la voir quitter ce monde, ils avaient encore besoin d'elle ... Non, elle devait se battre, survivre à tout prix !

    A ses côtés, elle sentait encore la présence de Nakaïh, mais elle se faisait de plus en plus faible et elle comprit très bientôt qu'il était lui aussi en train de mourir. Son corps lui répondait à peine mais elle tenta tout de même de bouger le bras afin de sentir sa présence contre sa peau, mais la force lui manquait et elle n'arriva pas à esquisser le moindre mouvement.

    Entre la vie et la mort, elle était à peine consciente de ce qui se passait autour d'elle, mais pendant plusieurs heures, elle ne saurait dire combien exactement, elle sentit que quelqu'un était en train de la sauver, de la tirer des griffes de la mort. Peu à peu, elle se sentit revenir, tiré vers la lumière éclatante de la vie. Ses paupières palpitèrent faiblement alors qu'elle sentait le gout sucré du sang sur sa langue. Naturellement, elle avala ce délicieux nectar qui lui redonna assez de force pour ouvrir les yeux. A peine se fut-elle redressé sur un coude qu'elle vit Cassandre tomber à la renverse, épuisée par l'effort qu'elle venait de fournir.

    Avec l'aide de Nakaïh qui se remettait plus vite qu'elle, elle se redressa sur son séant puis s'approcha de la princesse. Elle passa une main froide sur sa joue puis sur son front avant que ses yeux ne dérivent vers sont poignet dont s'échapper un filé de sang ... Alors elle s'était tailladée une veine et lui avait offert sa propre force vitale pour la sauver ... Il était hors de question que sa sauveuse meurt, elle avait une dette envers elle, à présent. Arya n'avait guère la force d'utiliser ses propres pouvoir pour soigner Cassandre, malheureusement ses vêtements étaient en cuir, ce n'était donc pas la peine de tirer dessus pour faire un bandage improviser ... Et déchirer la robe de la Princesse ne lui plaisait guère plus que cela... Ce fut Naka qui mit fin à son - stupide - dilemme en lui apportant un large morceau de tissu que Cassandre avait déchiré auparavant. Profitant de son inconscience, elle posa brièvement ses lèvres sur son poignet pour en retirer le sang, y goûtant une dernière fois, avant de bander la blessure dont elle s'occuperait plus tard.

    Elle passa ensuite ses bras sous le corps de Cassandre et tenta de la soulever de terre, mais elle dut rapidement se rendre à l'évidence : elle était bien trop faible pour le faire. Malheureusement, Gröwn ne pouvait pas la porter sans prendre le risque de la faire tomber dans sa course. Finalement, Naka se coucha devant Arya et celle-ci plaça Cassandre sur son dos avant de venir se placer derrière elle. Ce n'était guère confortable mais ce serait suffisant.

    # Chez moi, c'est plus proche que le palais. #

    Nakaïh s'élança aussi vite que ses maigres forces le lui permettait, suivit par Gröwn. Pendant qu'Arya soutenait Cassandre, elle suivit les pensées de son Totem qui se faisait du souci pour ses petits.

    # Ne t'en fais pas, ils sont intelligents, ils ont dû rejoindre leur mère. #
    # Je l'espère. S'il leur est arrivé malheur ... #
    # Ne t'inquiète pas, je suis certaine qu'ils vont bien. #

    La Cité de la Lune fut bientôt en vue. Lorsqu'ils y pénétrèrent, Nakaïh ne fit qu'accélérer son allure, se dirigeant vers l'arbre soutenant la demeure des Lÿrargent. Dans un dernier effort, il exécuta quatre bons bien précis, grimpant ainsi jusqu'à la chambre d'Arya, avant de s'effondrer au milieu de la grande pièce, à bout de souffle. Soulevant une nouvelle fois la princesse, elle la déposa dans son lit alors que Gröwn pénétrait à son tour dans la chambre, venant se coucher près du lit où reposée son amie. Arya disparue quelques minutes puis revint avec un bandage d'un blanc immaculé d'en émanaitune odeur fruitée. Elle retira le bandage de fortune, retira le sang séché puis posa le bandage, n'ayant pas la force nécessaire pour utiliser ses pouvoirs.

    # Sincèrement, Naka, je ne sais pas ce que je fais ... J'ai emmené la Princesse ici au lieu d'allais au palais ... # - Arya se releva et défit ses skêlz, essuyant au préalable la lame tachée de sang avant de les poser sur une étagère - # Je crains ce qu'elle va dire à son réveil ... #

    Soupirant longuement, Arya était tout de même heureuse que son père et sa soeur soient absents. Elle s'approcha de sa grande bibliothèque et promena son index sur l'arrête de plusieurs livres avant d'en saisir un bien précis. Elle alla ensuite chercher deux coupes qu'elle remplit de sang chaud et en posa une sur la table, près de son lit, que la princesse pourrait boire à son réveil afin de retrouver des forces. En passant devant son miroir, elle se rendit compte de sa tenue plus que ... déplorable. Elle passa donc les trente minutes suivantes dans l'eau puis elle passa une robe blanche - elle ne manqua pas de sentir l'étonnement mais aussi le ravissement de Naka - puis elle prit son livre, sa coupe et sortit sur le balcon, où elle lut sous les doux rayons de Krÿstólis, laissant ses longues mèches ébènes sécher à l'air libre. En cet instant, la différence entre la guerrière en armure de cuir et la femme en robe blanche était saisissante ! Ses trais étaient détendus, elle semblait même reposer, aucun cerne ne venaient assombrir son regard d'or pur.

    Près d'une heure plus tard, Nakaïh lui signala que Cassandre commençait enfin à se réveiller alors qu'il venait vers elle, lui signalant par la même occasion qu'il allait rentrer à sa tanière afin de s'assurer que ses petits étaient rentrés. Refermant son livre, elle coinça au préalable une plume blanche entre ses pages afin de reprendre sa lecture plus tard, puis elle rentra dans sa chambre, sa coupe de sang à la main. Là, elle s'approcha du lit, ses longs cheveux aussi sombre que l'ébène cascadant sur ses épaules jusque dans le creux de ses reins, et vint s'asseoir sur le bord, et prenant la coupe de Cassandre entre ses doigts fins, elle la lui tendit alors qu'elle se redressait, le dos appuyé contre les oreillers. Sa voix était très douce et avait quelque chose d'envoutant, tout le contraire de ce à quoi la Princesse avait été habituée...

    « Buvez, cela va vous faire du bien. » - Elle lui sourit avec bienveillance, refermant ses doigts sur l'anneau de sa mère, nerveuse - « Je n'ai guère eu le temps de vous ramener au palais et je m'en excuse sincèrement, je sais que ce n'est guère approprié, mais vous m'avez sauvé la vie, je ne pouvais donc pas vous laissez vous vider de votre sang ... Vous ramenez ici était bien plus rapide que de m'étaler en explication auprès des guérisseurs ou de vos parents ... »

    Elle se pinça l'arrête du nez, soufflant longuement pour tenter de calmer les battements de son coeur. Elle craignait la réaction de Cassandre, même si elle savait qu'elle avait fait ce qu'il fallait.

    « Ma vie n'a pas autant d'importance que la vôtre, mais vous m'avez tout de même sauver... Merci ... du fond du coeur. »

    Jouant toujours nerveusement avec l'anneau qu'elle portait en pendentif, elle plongea son regard dans celui de la Princesse, appréhendant sa réaction, un peu comme une enfant ayant fait une bêtise face à ses parents ... sauf qu'elle avait fait ce qu'il fallait, du moins elle le pensait....

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ombrelune
Princesse de Fëanör
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 20/09/2011
Localisation : Fëanör

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Princesse de Fëanör
Metier: Aède

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Mer 11 Jan - 16:54




Un tourbillon semblait avoir envahi la princesse Ombrelune, peu après qu'elle ait fait don de son sang à Arya Lÿrargent, dont les paupières palpitantes faisaient montre de sa reprise de conscience imminente. L'Enôrii royale sombra à son tour dans le néant, s'écroulant dans l'herbe humide de rosée, la bouche légèrement entrouverte. Elle ne put dire ce qu'il se passa par la suite, mais sentait néanmoins que son corps tressautait au rythme d'un galop léger mais rapide. Elle sentait des mains autour de sa taille par moment, mais était trop faible pour comprendre quoi que ce soit. Sa respiration était faible et son pouls était quasiment inaudible, même pour un Enôrii. Si le commandant de la garde ne se dépêchait pas davantage, la princesse allait périr d'ici peu de temps...

Elle fit un rêve étrange, parsemé de scènes de violence, de sang, de cris et...De mort. Le ciel était assombri par d'épais nuages, transpercé par des flèches enflammées et des tremblements de terre. Des hommes en armure se jetaient contre une horde de morts-vivants et un énorme dragon à l'aspect maléfique scindait le ciel de ses puissantes ailes, son corps était hérissé de pointes acérées, tout comme l'étaient ses dents. D'autres dragons étaient là et se battaient contre lui dans un concert de rugissements qui résonnaient comme le tonnerre. Elle vit même Arya, tentant de se démêler contre trois morts-vivants à la fois, blessée au niveau du visage et du ventre, duquel s'écoulaient des filets de sang. Cassandre se voyait également, combattant contre une créature enveloppée d'une bure rouge qui recouvrait son visage, ne laissant paraître que quelques mèches d'un blond presque blanc et une bouche sertie de canines. Elle portait un pentagramme inversé. La Matriarche des Sorcières des Tombes, en personne. Les deux femmes se battaient, lame contre lame, et la bataille était rude. Plus loin, gisait un corps enveloppé d'une bure dorée tâchée de sang, Tamaris Whitemoore, la Matriarche des Sorcières des Brumes. Une gerbe de flammes encercla les deux combattantes et elles s'en échappèrent au dernier moment, afin de ne pas brûler vives dans le cercle de feu. Une tripotée d'Orks chargeaient les morts-vivants, tandis que des sorcières aux ordre d'Abrahel, leur Matriarche, récitaient des incantations afin de ranimer les cadavres de leurs ennemis pour agrandir leurs propres troupes. C'était un carnage sans fin, et ceux qui se battaient pour la liberté des peuples d'Annálabÿr s'amenuisaient en nombre à une vitesse étonnante, tandis que leurs anciens compagnons d'armes se relevaient en tant que créatures damnées, agrandissant l'armée des Âmes de l'Ombre. Nul espoir de victoire ne semblait possible...

Dans la bataille, la Matriarche des Sorcières des Tombes découvrit son visage en voulant éviter la lame de Cassandre qui faillit la décapiter, et le visage de la princesse de Fëanör prit une teinte blafarde de surprise et...de déception, en regardant le visage de son adversaire. Abrahel profita de ce moment d'inattention de la part de Cassandre pour lui enfoncer sa lame en plein abdomen, avant de la retirer et de lui assener un coup ultime dans le dos, lui brisant la colonne vertébrale sous le choc. La princesse poussa un gémissement de douleur avant de s'effondrer sur le sol souillé de sang et de boue du champ de bataille. La Matriarche sortit de son champ de vision et la princesse ferma ses yeux de saphir, du sang perlant de sa lèvre ouverte.

Elle ne les rouvrit faiblement que lorsqu'elle entendit un bruissement d'ailes, des ailes d'un blanc immaculée accompagnée d'un grognement. Un dragon. Et une femelle, à cause de la finesse de son corps. Ses doux yeux rencontrèrent ceux de Cassandre qui esquissa un faible sourire, et tenta de lever une main blessée pour rencontrer le museau du Seigneur Dragon. Sa main retomba quelques secondes après et elle ne sentit que la langue glacée de la dragonne qui lui parcourait le visage. La grande créature ouvrit plus grand sa bouche et cracha une Pierre d'un noir intense aux contours lumineux. Elle clos ses yeux et, après avoir disposé la Pierre au niveau du cœur de l'Enôrii, souffla sur son corps. L'esprit de Cassandre se rattacha à la créature, et elle fut ramenée d'une mort certaine.

Cassandre se réveilla en sursaut, en prenant une grande inspiration, comme si elle avait manqué d'air, et en contemplant autour d'elle, se rendit compte qu'elle se trouvait dans une chambre qui sentait sa Forêt d'Argent natale. Elle poussa un soupir de soulagement. Ce n'était qu'un affreux cauchemar. Elle vit Nakaïh et Gröwn à proximité, et Arya Lÿrargent qui se rapprochait d'elle, une coupe à la main. Elle lui parla d'une voix très douce et Cassandre obéit à son conseil, buvant le liquide épais d'un rouge sombre, qui était comme un nectar divin coulant dans sa gorge. Lorsqu'elle eût totalement repris ses esprits, elle acquiesça, en reposant la coupe en tremblant légèrement. Elle était encore très faible. Sa gorge lui faisait mal, comme si elle avait hurlé ou parlé dans son sommeil agité.


« Vous avez bien fait. Je n'ose imaginer l'état de colère dans lequel serait mon père. Et je n'aurais pas voulu qu'il vous renvoie, ou pire... Et je préfère nettement être au calme, ici, plutôt qu'entourée de serviteurs et de guérisseurs qui n'auraient réussi qu'à accroître mon anxiété. »

Cassandre reprit la coupe et but une nouvelle gorgée bienvenue. Elle sentait déjà la chaleur envahir son corps. Cela faisait un bien incroyable. Elle croisa le regard d'Arya lorsque cette dernière se fut adressée de nouveau à elle.

« Au fond de nous subsiste une même âme. Votre vie vaut autant que la mienne. Pour ma part, je n'ai jamais vu une Arya aussi courageuse que vous au cours de mon existence... Et comme j'ai sauvé votre vie et vous la mienne, nous sommes quittes, à présent » lui rétorqua-t-elle avec un sourire.

La princesse se réajusta sur son séant, et s'enfonça davantage dans les oreillers. Gröwn s'approcha d'elle et elle enfouit sa main dans son épaisse fourrure sombre, puis son visage en entier, pour se cacher des larmes qui coulaient de son visage. Elle était encore troublée par le rêve qu'elle venait de faire. Il était si...effroyable. Surtout la partie où elle combattait la Matriarche des Sorcières des Tombes, et quand Néthys, de la Pierre de Lune, s'était approchée d'elle pour la ramener de justesse de son état proche de la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annalabyr.forumgratuit.org
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 756

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Sam 18 Fév - 23:10

    Un léger sourire se dessina sur les lèvres de l'Enôrii alors que Cassandre obéissait à son Conseil et buvait le sang dont elle avait besoin pour se sentir mieux. L'observant en silence, Arya tapotait ses ongles contre sa coupe, provoquant ainsi des petits cliquetis à instant régulier. Se rendant compte que cela devenait vraiment agaçant, elle cessa tout mouvement et ne manqua pas de remarquer la main légèrement tremblante de la Princesse. Était-ce sa soudaine faiblesse qui en était la cause ? Ou était-ce à cause du rêve qu'elle avait fait... Étant donné qu'elle venait de boire une bonne quantité de sang, le fait que ce soit la fatigue qui provoque ces tremblements était impossible, même si elle était encore très faible... Arya avait également sentit l'agitation de Cassandre pendant que celle-ci dormait, mais avait préférée ne pas s'en occupée. Haussant les épaules, l'Enôrii plongea son regard d'or dans celui de saphir tandis que Cassandre parlait, sa voix plus grave qu'à l'accoutumée. Les paroles de la Princesse la rassurèrent et Arya acquiesça silencieusement, satisfaite que son choix ait était le bon.... Jamais elle n'aurait eu le courage de se tenir devant Arthax alors qu'elle ramenait sa fille en bien mauvais état.

    Machinalement, Arya porta sa coupe à ses lèvres quelques secondes après Cassandre, fermant les yeux lorsque le liquide épais et encore chaud s'écoula sur sa langue et dans sa gorge. Après tant d'effort et surtout après avoir frôlé la mort, cela faisait énormément de bien. L'Enôrii posa sa coupe, désormais vide, sur la table de chevet tandis qu'un sourire se dessinait sur ses lèvres, dévoilant deux canines acérées. Le compliment de Cassandre lui allait droit au coeur.


    « Le compliment me va droit au coeur, Princesse. Et je dois vous dire que pour quelqu'un vêtue d'une robe, vous vous débrouillez plutôt bien ... »

    Arya se releva lorsque Gröwn se rapprocha de son amie et ce afin de ne pas les gêner. Elle quitta sa chambre, se rendant dans une pièce adjacente, mais sentit la tristesse de Cassandre. Elle ne pouvait pas entendre son coeur souffrir, bien entendu, mais par contre elle pouvait sentir les larmes qui coulaient sur son visage, car cela restait de l'eau et lorsqu'il y avait de l'eau, elle le sentait ... Elle décida de lui laisser du temps et mit ces quelques minutes à profit en cherchant quelque chose pour permettre à Cassandre de se changer, étant donné l'état de sa robe ... et il était hors de question qu'Arya la laisse retourner au palais dans cet état. Cassandre devait être aussi grande qu'Arya mais avait plus de poitrine, il était donc inutile de lui donner une de ses tuniques... Elle trouva finalement ce qu'elle cherchait et revint auprès de la Princesse, qui semblait perdue dans ses pensées.

    Elle revint s'asseoir au bord du lit et posa sa main sur l'épaule de l'héritière du trône, qui releva les yeux vers elle. Lui souriant avec bienveillance, Arya posa la robe qu'elle avait prise sur le lit, juste à côté d'elle et en espérant qu'elle aille à Cassandre.


    « J'ignore ce que vous avez vu durant votre sommeil, mais cela vous à grandement bouleversé, je le lis dans vos yeux. Si vous voulez en parler, je veux bien vous écouter, avec moi vos secrets seront sous bonne garde... »

    L'Enôrii se releva avec grâce et désigna la robe d'un geste.

    « Vous devriez vous changer. Passez dans la pièce à côté pour plus d'intimité. » Arya s'avança jusqu'au balcon et marqua un temps d'arrêt, se tournant vers Cassandre. « Et rejoignez-moi dehors, prendre l'air vous fera du bien ... »

    L'Enôrii lui sourit avec bienveillance et attira son livre vers elle par la seule force de son esprit. Elle disparue ensuite derrière les rideaux qui masquaient la porte menant au balcon. Elle s'accouda à la barrière et se perdit un instant dans la contemplation d'Enáwen. Plusieurs heures c'étaient écoulées depuis que les deux femmes avaient engagé la conversation au pied d'un arbre et au loin, le soleil commençait déjà à décliner. Une très légère brise soufflée sur la Forêt, faisant bouger les sombres feuilles des arbres avec lenteur. Arya abandonna son livre sur le banc qu'elle avait occupée quelques temps plus tôt sous les doux rayons de Krÿstólis. Perdue dans ses pensées, Arya n'entendit pas Cassandre la rejoindre...

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ombrelune
Princesse de Fëanör
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 20/09/2011
Localisation : Fëanör

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Princesse de Fëanör
Metier: Aède

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Mar 6 Mar - 20:09


Encore troublée par ce qu'elle venait de voir, la princesse Ombrelune se sentit soulagée qu'Arya la laissât tranquille un moment. Ainsi, ses larmes se mirent à couler naturellement de ses yeux de saphir. Elle ravala ses sanglots pour ne pas attirer l'attention de la chef de la garde, et Gröwn enfouit sa grosse tête sombre dans le creux de son cou, son souffle chaud faisant voleter faiblement les mèches noires de Cassandre. Finalement, la princesse sécha ses larmes et prit de longues inspirations pour se calmer. Elle devait se montrer digne du trône de Fëanör et ne pas se laisser aller à tant d'émotivité. Elle se devait de se montrer forte et aussi inébranlable que les fondements de la terre, son élément naturel.

Elle leva les yeux vers Arya qui revenait avec un vêtement dans ses bras, lequel elle posa sur le lit. Une robe. Cassandre la remercia d'un signe de tête et se leva pour aller se changer dans la pièce adjacente. Les deux femmes faisaient approximativement la même taille, mais la princesse trouva la robe quelque peu serrée au niveau de la poitrine. Mais qu'importe, cela serait amplement suffisant et valait nettement mieux que de déambuler nue ou en haillons dans la Cité de la Lune. Elle tenta de trouver une glace dans laquelle elle pourrait se recoiffer en vitesse, refaisant une tresse récalcitrante. Une dizaine de minutes plus tard, lorsqu'elle se jugea acceptable, elle revint dans la première pièce et rejoignit Arya sur le balcon. Une brise rafraichissante vint effleurer son visage et elle s'approcha d'Arya, s'accoudant à la barre de bois qui empêchait quiconque de tomber par mégarde, et de se tuer. L'arbre, comme bon nombre de ceux qu'abritait Fëanör, était de taille imposante. La princesse tourna la tête vers la garde et prit la parole d'une voix apaisée :


« Merci pour ce que vous avez fait. La robe que vous m'avez prêtée est très élégante. »

Cassandre lui sourit et reporta son regard au loin, reprenant un air à la fois triste et perplexe. Certes, elle pouvait dire ce qu'elle avait vu à Arya, elle sentait qu'elle pouvait lui faire confiance. Pourtant, les mots avaient du mal à sortir hors de sa bouche, elle ne savait par où commencer. Mais peut-être ne s'agissait-il que d'un simple rêve. Un rêve qui aurait un sens caché et qu'il ne fallait pas prendre au pied de la lettre. Son esprit logique et raisonnable lui disait qu'il était préférable d'en informer une tierce personne, afin d'avoir une autre opinion qui permettrait d'éclaircir le mystère de ce rêve. Elle s'éclaircit la gorge et adressa la parole à Arya :

« Tout à l'heure, vous m'aviez dit que j'avais l'air bouleversé... Vous aviez raison. Lorsque j'étais plongée dans le sommeil, j'ai fait un rêve assez...perturbant. Un rêve de scènes de bataille. Il y avait énormément de sang, de cris et de morts. Mais ce n'est pas cela qui m'a tant troublée... Vous connaissez sans doute la guilde des Sorcières des Tombes ? Sur le champ de bataille je me suis retrouvée à lutter contre leur Matriarche. Plus les minutes s'écoulaient, et plus il devenait intense. Et alors que j'envoyais ma lame en direction de sa tête, son capuchon écarlate dévoila son visage...un visage qui m'était familier et que je n'avais pas revu depuis des décennies...Celui de ma sœur cadette, Sÿlmenás... »



Cassandre prit une grande inspiration et ferma les yeux un instant pour se remémorer la scène. Elle avait l'impression que la lame qu'elle avait reçu en plein ventre dans son rêve semblait resurgir de nouveau dans la réalité, lui assénant une douleur plus faible, certes, mais paraissant néanmoins réelle. C'en était troublant. Elle plongea son regard de saphir dans l'or des yeux d'Arya et poursuivit dans sa lancée :

« Ma sœur profita de mon état de choc pour m'enfoncer sa lame et pour me briser la colonne vertébrale, me laissant pour morte. Ou du moins ce qui s'en approchait. Et par la suite, un bruissement d'ailes est survenu et j'ai senti que mon esprit se liait à un des Seigneurs Dragons de l'Eau, Néthys, de la Pierre de Lune. Elle était magnifique, douce et sauvage, avec ses écailles aussi blanches que la neige et ses grands yeux bleus. Comme sur les illustrations dans nos livres, Arya. C'était...étrange. Que pensez-vous de ce rêve ? Devons-nous le prendre au pied de la lettre, ou a-t-il un sens caché derrière ces scènes d'apparence réaliste ?  Je ne saurais dire, bien que je pencherais plutôt pour l'aspect symbolique, personnellement... »

Cassandre se tourna complètement de manière à faire entièrement face à Arya. Le fait de lui avoir révélé ce qui l'affectait lui avait déjà grandement allégé le cœur et l'esprit, mais les questions étaient toutefois toujours présentes, bouillonnant dans son esprit, aussi ardentes que le feu des volcans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annalabyr.forumgratuit.org
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 756

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Jeu 8 Mar - 3:05

    Arya ne remarqua la présence de Cassandre que lorsque celle-ci prit la parole et vint s'accouder à la barre, calquant sa position sur la sienne. Elle lui adressa un simple sourire et la détailla brièvement du regard. Personne ne se rendrait compte de la folle aventure que les deux Enôrii avaient vécue à peine une heure plus tôt. Alors que Cassandre reportait son regard au loin, l'air songeur, Arya joua sans vraiment s'en rendre compte avec l'anneau de sa mère qui pendait au bout de sa chaine. Elle le fit léviter à quelques centimètres de sa paume, son regard posé sur le visage de Cassandre dont elle détailla le profil. L'Enôrii sentait que la Princesse des bois d'Argents voulait lui parler, mais que les mots restaient coincés dans sa gorge. Silencieuse, elle patientait, c'était là une chose qu'elle savait très bien faire... Attendre et se faire invisible. Finalement, Cassandre se tourna vers elle en s'éclaircissant la gorge. Arya en fit de même et l'écouta attentivement, sans la couper, impassible.

    Ainsi, Cassandre avait rêvée alors qu'elle était inconsciente. Un rêve perturbant où elle s'était retrouvée plongée au coeur d'une bataille. Arya hocha la tête lorsqu'elle lui demanda si elle connaissait les Sorcières des Tombes. L'Enôrii savait que Sÿlmenas, la soeur cadette de Cassandre, avait rejoint ces sorcières il y a bien longtemps, elle savait aussi qu'elle avait disparue depuis près d'un demi-siècle. Revenant au récit de Cassandre, Arya se concentra sur ses yeux couleur saphir, y plongeant son regard doré. Ainsi, la Princesse c'était retrouvée à lutter contre leur Matriarche ... contre sa propre soeur. L'Enôrii pouvait comprendre à quel point cela avait dû être perturbant, même pour un rêve. Elle ne put réprimer un frisson lorsque Cassandre lui décrivit comment sa soeur avait failli mettre un terme à sa vie. Se retrouver au sol et paralysé, incapable de bouger ... La mort était préférable à un tel état. Mais Néthys, Seigneur Dragon de la Pierre de Lune, avait sauvée la Princesse d'une mort certaine ...

    Au terme de son récit, Cassandre se tourna complètement vers Arya qui était pensive, observant son anneau d'argent qu'elle tenait au creux de sa main. Elle lui adressa un sourire, heureuse qu'elle se soit confiée à elle.


    « Lorsque nous rêvons, à notre réveil nous ne nous souvenons pas de nos songes. Cependant, vous vous en souvenez avec précision. Peut être est-ce vraiment un rêve, mais si ce n'était pas le cas ? Peut être était-ce ... une mise en garde. Votre soeur a disparue depuis près d'un demi-siècle, Cassandre, et vous comme moi savons qu'elle fait partie des Sorcières des Tombes. Ne le prenez pas au pied de la lettre mais ne l'ignorez pas non plus. Vous devriez en parler avec quelqu'un de plus âgé, votre mère par exemple ... mais si vous avez peur qu'elle ne soit pas ... objective, ce que je peux comprendre, vous pouvez aller voir mon père, je suis certaine qu'il se fera un plaisir de vous écouter, il vous apprécie beaucoup. » Un malicieux sourire se déssina sur ses lèvres, alors qu'elle ajoutait en riant gentiement « Vous aviez le bégun pour lui quand vous étiez jeune, à ce qu'il parait ... »

    Un silence s'installa. Arya se demandait si Cassandre allait suivre son conseil et en parler à quelqu'un d'autre. Quoi qu'il en soit, l'Enôrii n'avait guère envie de s'étaler sur un sujet aussi sombre, pas ce soir. Indirectement, cette histoire lui rappelait le décès de sa mère.

    « Pardonnez-moi, mais j'aimerais ne pas m'attarder sur un sujet aussi sombre, pas ce soir en tout cas. Cela me rappelle la mort de ma mère, elle a disparu de ma vie encore plus subitement que votre soeur... » Elle lui montra l'anneau qu'elle tenait au creux de sa main, puis le bracelet pour homme qu'elle portait au poignet gauche. « Pour la vie qu'on m'a volée et pour la vie que j'ai contribuée à sauver. »

    Finalement, même si l'Enôrii venait de dire qu'elle n'avait guère envie de parler de telles choses, elle poursuivit sur sa lancée.

    « Bröm, Nakaïh, Sonia et mon père ... c'est tout ce qu'il me reste. Quand ma mère est morte, quelque chose c'est brisé à l'intérieur de mon père. Il voulait préparer la cérémonie de Nâmen-tahn. Je lui ai dis que je le comprenais contrairement à ma soeur, mais ce n'était pas vraiment le cas... Mais quand j'ai perdu Celenduil, là j'ai compris ce qu'il avait ressentit le jour de sa mort. »

    Elle posa brièvement son regard sur Cassandre, délaissant l'anneau de sa mère pour venir s'appuyer de nouveau contre la barrière, regardant les Enôrii qui s'afféraient encore autour des arbres gigantesques de Fëanör. Après une légère pause, elle reprit son récit, les mots venant à ses lèvres d'eux-même, ce qui n'était pas forcément ordonné mais qui était, en revanche, le fond de sa pensée.

    « J'ai ardemment souhaitais mourir à mon tour. Depuis sa mort je ne suis plus la même et je ne redeviendrai jamais celle d'avant. Tout ce que nous visons nous forge peu à peu... J'aurai pu dire à ma famille que je voulais le retrouver, mais je ne l'ai pas fais et je ne regrette pas mon choix. Je sais que certain pense que je suis aussi froide que la glace, mais ce n'est pas le cas, ce ne sera jamais le cas. »

    Elle esquissa un sourire et se redressa, se tournant une nouvelle fois vers la princesse héritière du trône.

    « Etre membre de la Garde nous force à porter ce masque d'indifférence tout comme cela nous empêche de vraiment penser à nous-mêmes, nous passons le plus clair de notre temps au Palais, même si vous ne nous voyez pas ... Nous sommes tous passé maître dans l'art d'être là mais de passer inaperçu. Si je suis commandant de la Garde aujourd'hui c'est parce que Celenduil m'a demandé de prendre sa place alors que ce n'était pas à moi de prendre les rênes, pourtant personne ne s'y est opposé. Mais aujourd'hui ... j'ai envie d'avancer ...grâce à votre frère ... » Elle baissa la tête, légèrement gêné, mais esquissant tout de même un sourire « Et si je veux y arriver, je dois me défaire de ce qui m'enchaîne au souvenir de mon ex-fiancé... »

    Arya releva le regard, plongeant ses iris dorés dans ceux de Cassandre.

    « Je n'ai encore rien dis à mes hommes, mais je vous remettrai ma démission dans les semaines à venir. Après un demi-siècle de bons et loyaux services, il est temps que je prenne du temps pour m'occuper de moi-même, j'en ai besoin. » Avant que Cassandre prenne la parole, elle rajoute « Je pense que je vais travailler un peu avec mon père, c'est ... une tradition d'être Maître d'arme, dans la famille Lÿrargent et comme ma soeur n'est guère porté sur le domaine des armes ... »

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ombrelune
Princesse de Fëanör
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 20/09/2011
Localisation : Fëanör

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Princesse de Fëanör
Metier: Aède

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Sam 10 Mar - 1:17




Cassandre écouta la position qu'avait Arya au sujet de son rêve avec attention. Elle n'était pas tout à fait d'accord avec ce que disait la commandante de la garde royale concernant l'oubli des rêves au réveil. Cela dépendait des personnes et du tri que faisait l'esprit sur les choses qui pouvaient s'avérer inutiles. Mais le subconscient recelait d'étranges secrets qu'il ne délivrait que pendant le sommeil, et c'était ces secrets qu'il fallait déchiffrer pour obtenir un message cohérent. Mais il n'était pas évident d'en faire l’interprétation. Peut-être la princesse trouverait des réponses claires à ses interrogations auprès de l'Oracle...Car on disait aussi que les rêves étaient les messages que nous envoyaient les Dieux, et d'autres esprits qui habitaient d'autres mondes, parallèles au nôtre, et que le seul moyen pour eux de communiquer avec les vivants, était par le biais des songes. C'est pourquoi il arrivait que les songes soient aussi étranges et incompréhensibles au premier abord...Mais en creusant davantage...on tombait sur de curieuses surprises, parfois... C'était là l'opinion qu'avait Cassandre qui en fit part à sa consoeur Enôrii. Toutefois, lorsqu'elle suggéra qu'il s'agissait probablement d'une mise en garde, concernant sa sœur qui avait disparu depuis cinquante ans, la princesse l'écouta attentivement. En tout cas, Cassandre ignorait si c'était une bonne idée d'en parler avec sa mère...Certes, elle avait été prêtresse de Quêliniel et donc suivait l'Oracle autrefois, cette dernière l'aidant à décrypter les messages des Dieux, mais dans le rêve de Cassandre, il y avait sa fille cadette...Et Cassandre n'était pas sans savoir que c'était là un point sensible, et l'idée de la blesser en lui remémorant de douloureux souvenirs lui répugnait. Elle ne voulait pas non plus apporter de faux espoirs à sa mère en lui parlant de Sÿlmenás, c'est pourquoi elle décida d'opter pour la seconde solution : discuter avec Elezar...

Les propos d'Arya à son sujet lui tirèrent un petit sourire d'enfant. Et elle le confirma à Arya. En effet, elle avait eu un faible pour le bel Elezar Lÿrargent avant de rencontrer son futur époux. Mais le Maître d'Armes était loin d'être laid, bien que les Enôrii n'étaient pas les plus laides des créatures, au contraire. Cela faisait longtemps qu'elle ne l'avait vue, d'ailleurs... Elle s'en souvenait parfaitement. De grands yeux bleus rieurs et sereins à la fois, une épaisse chevelure noire coupée au bas du cou et en bataille, un anneau d'argent à son oreille droite, un corps de rêve, une voix envoûtante...En y réfléchissant à deux fois, c'était beaucoup plus qu'un simple béguin qu'elle avait eu pour Elezar. Elle se souvenait comment elle rougissait chaque fois qu'il prenait la parole, comment elle faisait exprès de mal faire un exercice, juste pour entendre la belle voix qui lui expliquait de nouveau comment s'y prendre. Mais cela ne la faisait pas écouter d'avantage, ses yeux arpentant avec une délectation à peine dissimulée, les traits délicats du bel Enôrii. Cassandre fut prise d'un petit rire en y repensant, et elle raconta ces épisodes à Arya.

Puis la discussion prit une tournure plus sombre, car Arya se rappelait la mort de sa mère, qui avait été subite, tout comme celle de son époux, Celenduil. Cassandre hocha la tête. Elle aussi connaissait la sensation d'être au bord du gouffre, le fait de vouloir rejoindre la personne que l'on chérissait le plus au monde, et de mettre à mort le responsable de cette perte irréparable. La princesse prit la parole de sa voix douce et légèrement grave :


« Je connais cela. Pas la mort d'un parent, mais la mort d'un époux. Je m'en rappelle comme si c'était hier et pourtant, cela fait déjà deux cent ans qu'Unÿndir a rejoint l'autre monde. Mais il me manque toujours autant... Et si je n'ai pas souhaité m'infliger le Nâmen-tahna, c'est parce que j'attendais mes jumeaux, Elunia et Sayanel. Mais si je n'avais pas été enceinte, je crois que j'aurais rejoint Unÿndir sans hésitation. Tout cela pour vous dire, que je vous comprends, Arya Lÿrargent. Et que je suis là, si vous avez besoin d'une épaule sur laquelle vous appuyer. À l'instar de la terre, qui est mon élément, je suis assez solide quand il le faut, bien que je puisse être tendre par moment, lorsque les eaux douces viennent s'insinuer en mon être. »

Elle lui montra à son tour l'un de ses objets les plus précieux : son anneau d'argent qu'elle portait toujours à son index gauche. Unÿndir avait fait partie intégrante de sa vie, il avait été sa moitié, son âme sœur, et celui avec lequel elle avait fait la plus belle chose au monde : accoucher de deux merveilleux enfants. Et ce sont les raisons pour lesquelles elle ne l'oublierait jamais. C'est ce qu'elle ajouta à l'intention d'Arya.

Cassandre écouta les paroles de la commandante de la garde, qui souhaitait avancer et refaire sa vie. Avancer avec son frère à elle, Eldakhar Ombrelune, Târrkÿs, « l'Ours d'Or ». Cette pensée amusa quelque peu Cassandre, car si en apparence, Eldakhar aurait dû avoir pour Totem un renard, de par son côté enjôleur et rusé, au fond il avait la tendresse, le courage, la loyauté et la force intérieure d'un ours. Une grosse peluche adorable, un peu balourd, qu'il fallait juste savoir apprivoiser. La nature faisait décidément bien les choses et ne laissait jamais rien au hasard. On pouvait en apprendre beaucoup sur quelqu'un, sur la valeur de son âme, rien qu'en regardant quel était son Totem. Car le lien qui unit deux âmes ne ment pas sur la personnalité. Il crie de vérité, mais encore faut-il savoir la remarquer.

Arya replongea ses yeux d'or -les mêmes que Cassandre avait lorsqu'elle était sous son Aspect Totem -, et lui avoua quelque chose qui laissa le visage de Cassandre de marbre. Il était impossible de savoir à quoi elle pensait en cet instant, mais elle se contenta de répondre le plus simplement du monde, son visage reprenant une expression plus sereine :


« Arya, c'est vous qui voyez. Je comprend que vous ayez besoin de changer d'air, car je dois avouer qu'à votre place, je m'ennuierais énormément à devoir surveiller que personne ne s'en prenne à la famille royale. D'autant qu'il n'y a pas grand monde qui vient par ici...Mais je pense que vous avez toutes les capacités requises pour devenir un grand Maître d'Armes, à l'instar de votre père. D'ailleurs, en parlant de votre père...Vous connaissez le proverbe humain qui dit quelque chose du genre « telle mère, telle fille » ? Hé bien, ma fille, Elunia, avait également le béguin pour votre père. » révéla Cassandre en esquissant un sourire qui découvrit ses canines de nacre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annalabyr.forumgratuit.org
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 756

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Sam 10 Mar - 2:44

    Ainsi, son père ne lui avait pas mentit, Cassandre avait bel et bien eu un faible pour lui lorsqu'elle était jeune. Arya ne put s'empêcher de rire, elle imaginait aisément la Princesse subjuguer par son père, qui faisait mine de ne rien remarquer. Il était vrai qu'Elezar avait un charme certain et après la mort de son épouse, Arya avait pensée qu'il essayerait d'avancer et qu'il se remarierait, mais il ne l'avait pas fait. Pour avancer, il c'était concentré sur ses deux enfants, Sonia et Arya.

    « Je suis en train de vous imaginer en belle-mère, c'est assez étrange, surtout que vous avez quoi ? Cinq ans de plus que moi ? » Rajouta l'Enôrii en riant doucement.

    Dans leur souffrance, Cassandre et Arya se ressemblaient assez. Elles avaient toutes les deux perdus des êtres chers. Unÿdir, l'époux de Cassandre, avait péri tout aussi tragiquement que son fiancé, Celenduil. Puis la princesse avait perdu sa soeur, d'une certaine façon, même s'il était possible qu'elle soit toujours en vie, contrairement à Arya qui avait perdu sa mère ...

    « Je suis heureuse que vous ayez décidé de continuer à vivre alors que vous veniez de perdre l'être le plus cher à votre coeur. De même ... merci d'être là, cela fait du bien de savoir que je peux venir vous parler lorsque le besoin s'en fait sentir. Sonia m'écoute et me conseil, mais étant plus vielle qu'elle ... ce n'est pas la même chose. »

    L'Enôrii observa longuement l'anneau que Cassandre lui montrait. Son père aussi en portait un, en argent également et finement ouvragé. Quand elle était jeune, Arya avait aimé le lui retirer pour mieux l'observer avec ses yeux d'enfant. Inconsciemment, ses doigts se refermèrent sur l'anneau de sa mère qui était le jumeau de celui que son père portait. L'alliance de sa mère ... Son père lui avait dit un jour que si elle devait se marier, elle pourrait la porter à son tour, pourquoi pas ...

    L'Enôrii observa attentivement le visage de la princesse alors qu'elle lui révélait qu'elle souhaitait avancer et avec son frère, pourquoi pas. Arya savait maintenant qu'Eldakhar n'était pas celui qu'elle pensait qu'il était. A son retour, elle lui laisserait une chance au lieu de l'envoyer gentiment promener en inventant des excuses bidon et en comptant sur l'aide ses hommes pour la tirer de là lorsqu'elle ne le pouvait pas elle-même. Combien de fois avait-elle réussit à éviter le Prince de cette façon ... ? Elle ne les comptait même plus. Eldakhar, quand il avait quelque chose en tête, était assez ... têtue et n'abandonnait pas.

    Sa révélation quant à sa démission laissa Cassandre de marbre et Arya eu peur qu'elle le prenne mal. Cependant, elle ne tarda pas à retrouver une expression plus sereine qui la soulagea aussitôt. Il était vrai que son travail n'était pas des plus intéressants, sauf qu'on les souverains quittaient Fëanör et qu'il fallait les accompagner. Mais ces moments se faisaient rare, malheureusement pour les membres de la Garde Royal qui ont avaient parfois plus qu'assez de ne rien faire, car il était très improbable qu'un Enôrii décide d'attaquer Arthax et Ghalÿa Ombrelune, ou leurs enfants. Tout d'abord parce qu'ils étaient aimés de leur peuple et également parce que leur protection était assurée par les meilleurscombattants que le peuple Enôrii pouvait compter. Ce n'était pas n'importe qui qui pouvait devenir membre de la Garde, l'entrée dans celle-ci était très sélective et les candidats étaient testés sur tous les plans et dans les pires situations possibles. Même si son travail pouvait être barbant, Arya s'appliquait, car s'il devait arriver quelque chose à un membre de la famille Ombrelune, comme plus tôt dans la journée avec Cassandre, c'était sur elle que cela retombait et alors tout pouvait lui arriver et Arya préférait ne pas y penser ...

    Sortant de ses songes, Arya remarqua un mouvement dans son dos mais demeura impassible, observant toujours Cassandre de ses yeux d'or. Depuis combien de temps étaient-elles observaient ? Elle l'ignorait. Elezar avait lui aussi était commandant de la Garde avant de devenir Maître d'Arme puis acquérir un statut de Maître d'Arme Royal. Elezar Lÿrargent était un excellent combattant, c'était indéniable, Arya n'avait encore jamais réussi à le vaincre en duel et cela n'allait probablement jamais arriver. L'Enôrii rit doucement à la dernière remarque de Cassandre, faisant comme si de rien n'était alors que le père d'Arya se glissait silencieusement derrière Cassandre. Celui-ci se pencha à son oreille et de sa voix envoutante dit :


    « Qui est-ce qui avait le béguin pour moi ? »

    Cassandre sursaute et ses joues prirent aussitôt une teinte plus rouge alors qu'Elezar se mettait à rire, imitait par sa fille. Il s'inclina devant la Princesse et la salua comme il se devait puis il embrassa sa fille sur le front et croisa les bras sur son torse, un petit sourire aux lèvres.

    « Votre fille avait la même façon de faire que vous, Cassandre. Je suis flattée que deux belles femmes comme vous ce soit intéressé à moi au point de mal faire leur exercice juste pour que je leur explique à nouveau ... »

    Elezar portait une tunique gris-bleuté brodé de fils d'argent. Ses cheveux noirs coupés à la nuque en carré plongeant étaient un peu en bataille ce qui lui donnait cet air sauvage qui lui allait si bien. De son épaisse chevelure émergeaient deux oreilles pointues et son regard couleur saphir était rieur, avec cette pointe de sérénité et de douceur au fond du regard, une lueur qu'Arya possédait également. A son index gauche il portait toujours son alliance.

    « Cela fait bien longtemps que nous ne nous sommes pas vue, Princesse. Êtes-vous trop occupé au Palais pour venir me rendre visite de temps en temps ? Vous ne manquiez pas une seule occasion de venir me voir, quand vous étiez jeune ... »

    Le rire léger d'Elezar retentait à nouveau alors qu'il observait brièvement les deux femmes qui lui faisaient face. Il s'attarda un peu plus sur sa fille et sembla enfin remarquer la robe qu'elle portait. L'air surprit, un sourire fondit ses lèvres.

    « Cela fait bien longtemps que je ne t'ai pas vue vêtue de la sorte, Arya, tu devais en mettre plus souvent. »

    L'intéressée leva les yeux au ciel et rétorqua :

    « Ce n'est pas mon genre, père, et tu le sais. »
    « Mais cela te va très bien, comme ta mère. Tu lui ressembles beaucoup comme ça tu sais, avec tes yeux d'or qui son pareils aux siens. »

    Il sourit à nouveau en passant la main sur sa joue.

    « Je suis sûr qu'au fond ça ne te déplait pas plus que cela ... »

    Elle émit un grognement, approuvant ainsi les dires de son père. Celui-ci retrouva un air plus sérieux alors qu'il se tournait maintenant vers Cassandre, qui les observait tous les deux.

    « Avez-vous oublié ce que je vous ai enseigné, Cassandre ? Cela fait un moment que je vous écoute. Ma fille m'a remarqué, mais vous non. Vous devriez vous entrainer plus souvent, même pour une princesse. Je suis certain qu'Arya se ferait un plaisir de s'occuper de vous. » Il fit une courte pause, et fronçant les sourcils il reprit la parle d'une voix bien plus sérieuse « J'ai entendu vos dires, Princesse. Ainsi vous avez rêvé de votre jeune soeur... J'ai eu un mauvais pressentiment le jour où j'ai appris qu'elle avait rejoint les Sorcières des Tombes et lorsqu'elle a disparue il y a cinquante ans ... Je pense que vous pourriez prendre ce songe comme une mise en garde de ce qui pourrait arriver, mais ne vous focalisez pas dessus non plus, c'est inutile. Nous finirons par savoir ce qui est advenu de votre soeur, ne vous torturez pas à cause de ce rêve. »

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ombrelune
Princesse de Fëanör
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 20/09/2011
Localisation : Fëanör

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Princesse de Fëanör
Metier: Aède

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Mar 13 Mar - 18:16



Arya tentait de visualiser la scène de Cassandre en tant que belle-mère, et cette dernière fit de même. Elle eût un petit rire amusé et répondit à Arya :

« Oui, cela aurait été curieux à voir »

Elles discutèrent un moment, et Cassandre remarquait combien elles se ressemblaient de par leur passé. Toutes deux prêtes à vivre le bonheur, la mort venant soudainement raser les plus belles choses qui leur étaient arrivées. Leurs efforts pour surpasser ces passages difficiles et leur remontée du royaume des ombres et du désespoir. Cela avait été un long chemin à parcourir, mais finalement elles en revenaient peu à peu. Cassandre avait ses enfants, vestiges de son ancien amour, et sa famille, et Arya avait son travail -qu'elle disait vouloir quitter pour perpétuer la tradition familiale des Maîtres d'Armes- et sa famille également. Cassandre avait rarement pris la peine de s'attacher à quelqu'un, mais elle devait s'avouer qu'Arya était une personne que l'on avait envie de connaître davantage, avec qui l'on avait envie de discuter sans se soucier du rang ou de ce genre de broutilles qui ne servaient qu'à faire bien devant les hauts représentants des peuples du monde.

Les oreilles de Cassandre se dressèrent soudainement, à cause d'un bruit léger qui leur était parvenu. En humant l'odeur qui circulait dans l'air, elle décela celle d'Arya, de Gröwn, de Nakaïh, de l'Araignée Géante, puisqu'elles avaient été en contact avec eux trois, et une autre odeur qui ressemblait à celle d'Arya, mais qui comportait des nuances. Il s'agissait d'un Enôrii mâle, et... Cassandre se rappela soudainement cette odeur si particulière. Elle déglutit en silence, affichant un visage de marbre qui, elle l'espérait, ne se briserait pas lorsqu'elle se retournerait pour lui faire face. Mais elle n'eût pas à le faire, car l'Enôrii s'était silencieusement rapproché d'elle et lui murmura à l'oreille, ce qui la fit tressaillir. Elle s'attendait à ce genre de question, mais le pire, c'est qu'elle ne put s'empêcher de rougir tout de même. Mais elle se retourna avec le sourire et se retourna pour regarder Elezar, qui semblait content de l'effet que sa phrase avait produit sur la princesse.


« C'était moi, et vous le saviez parfaitement. Vous cachiez bien votre jeu, Elezar. » répliqua-t-elle en souriant.

Cet homme grand et séduisant, adepte de l'espièglerie qui lui donnait un petit air enfantin, lui avait manqué. Il était vrai qu'elle n'avait guère le temps de rendre visite aux gens qu'elle côtoyait autrefois, puisqu'elle assistait régulièrement aux réunions diplomatiques avec ses parents, et se rendait souvent hors de la Cité de la Lune pour aller se reposer l'esprit. Elle avait également ses enfants qui, bien qu'adultes à présent, étaient souvent à ses côtés, quoique pour l'heure, ils étaient partis avec Eldakhar, son frère, en voyage. Ils ne devraient plus trop tarder à revenir, à présent. Elle espérait juste qu'il ne leur soit rien arrivé durant leur périple...

Elezar Lÿrargent s'était tourné vers sa fille et un air surpris peignait son visage plein de splendeur. Cassandre regarda dans sa direction pour constater ce qui l'intriguait. Il venait de remarquer que sa fille aînée portait une robe, ce qui constituait un exploit, elle qui était accoutumée aux tenues de la garde royale. À l'instar du Maître d'Armes, la princesse Enôrii trouvait que la robe lui seyait parfaitement, soulignant les courbes de son corps. Puis il reporta son attention sur la princesse et le son de sa voix se voulut plus sérieux. Cassandre haussa un sourcil étonné lorsqu'il commença à parler, et elle lui rétorqua derechef d'une voix douce :


« Elezar, je n'ai pas oublié, rassurez-vous. Je m'entraîne, en solitaire, certes, mais je ne perds pas l'habitude de manier mes skêlz. Ceci dit, si Arya désire échanger quelques passes avec moi, cela me ferait le plus grand plaisir. Quelle meilleure façon puis-je espérer pour m'améliorer, que de m'entraîner en compagnie du commandant de la garde royale ? J'avoue cependant, que j'aime mieux jouer de mon instrument dans la forêt que de me battre, mais vous avez néanmoins raison. En tant que princesse et future reine, je dois m'entraîner. Je le devrais quotidiennement, d'ailleurs, car nous ne sommes pas à l'abri d'une guerre, et si -Quêliniel m'en est témoin , je ne leur souhaite pas- mes parents venaient à mourir, je devrais alors assumer la charge du trône et mener les troupes. » ajouta-t-elle plus sombrement.

Et Elezar et sa fille avaient raison. Il s'agissait surtout d'une mise en garde, et elle se devait d'être plus prudente. Elle devait continuer son entraînement, car on ne finit jamais d'apprendre de nouvelles techniques...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annalabyr.forumgratuit.org
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 756

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Sam 31 Mar - 17:17

    Arya observait longuement son père, puis Cassandre et revint enfin vers son père tandis qu'il lui disait que sa fille se ferait un plaisir de s'occuper d'elle. Par là, il pouvait vouloir dire deux choses. La première, qu'Arya se ferait un plaisir de croiser le fer avec la Princesse, ce qui était en effet le cas, l'Enôrii avait envie de voir de quoi l'héritière du trône était capable, quand elle ne portait pas une robe bien sûr et qu'une araignée géante ne la poursuivait pas. Elezar pouvait également vouloir dire qu'Arya lui botterait le derrière sans problème, ce qui pouvait aussi arriver. Elle ne connaissait pas le niveau de la Princesse, mais en temps que membre de la garde de royale et surtout son commandant, Arya faisait partit des meilleurs, comme son père avant elle. Celle-ci s'adressa alors à Cassandre en se tournant vers elle, son sourire s'entendant dans le ton de sa voix, celle-ci ayant retrouvée une certaine douceur.

    « Je me ferais un plaisir de vous montrer deux trois petites choses ou simplement croiser le fer avec vous, dites-moi simplement où et quand. »

    Elezar redevint alors plus sérieux. Il avait entendu leur conversation, Arya ne savait pas quoi précisément mais si en temps normal cela l'aurait contrarié que son père l'espionne, cette fois-ci elle ne dit rien et demeura silencieuse. Son père pensait comme elle, pour lui il s'agissait d'une mise en garde, tout au plus, mais il ne fallait pas l'ignorait. Il était certain qu'un jour ils sauraient enfin ce qui était arrivé à Sÿlmenas Ombrelune, la soeur cadette de Cassandre. Arya se souvenait vaguement de la troisième héritière du trône. Après tout, quand celle-ci avait disparue Arya faisait ses premiers pas dans la Garde et même si son père avait entrainé la jeune soeur de Cassandre lorsqu'elle était jeune, cela remontait à plusieurs siècles et la mémoire d'Arya n'était plus aussi précise. Cependant, elle se souvenait parfaitement du penchant de Sÿlmenas pour la magie et savait également qu'elle avait été plus ou moins délaissée par ses deux aînés ...

    Arya posa sa main sur l'épaule de la Princesse, lui offrant un sourire rassurant qui dévoila ses crocs.


    « Tout ira bien, personne ne touchera à votre famille temps que je serais là. »

    Un sourire apparu sur les lèvres d'Elezar qui bougea légèrement et invita les deux femmes à rentrer d'un geste de la main.

    « Allez, rentrons, je vous offre un verre à toutes les deux. »

    Une coupe de sang chaud et succulent, bien sûr, pas de l'alcool comme beaucoup d'humain offraient chez eux lorsqu'ils prononçaient ce genre d'invitation. Elezar ferma la marche tandis qu'Arya l'ouvrait, guidant Cassandre dans la demeure des Lÿrargent. Ils descendirent un escalier en colimaçon qui s'enroulait autour du pilier central de la maison, un tronc d'arbre en fait. Il y avait peu de mur dans cette demeure, tout était fait pour que la lumière de l'extérieur pénètre la maison avec le plus de facilité possible, et bien sûr la majorité de la construction était en bois avec parfois un peu de pierre. Les cristaux incrustaient dans les arbres éclairait les pièces là où la lumière du jour qui déclinait ne pouvait déjà plus se rendre.

    Arya invita Cassandre à s'asseoir dans un confortable fauteuil tandis qu'elle se postait près de la porte qui donnait sur l'extérieur. Celle-ci s'ouvrit bientôt, laissant passer une Enôrii tout aussi grande et belle qu'Arya, mais qui paraissait plus jeune. Sa soeur, Sonia, sans le moindre doute. La belle aux yeux d'or prit sa jeune soeur dans ses bras et la serra contre elle, Sonia lui rendit bien sûr son étreinte. Elles se déparèrent ensuite et alors que la cadette s'inclinait devant la princesse, surprise de la trouver ici, le regard d'Arya était posé sur Sonia et on devinait facilement tout l'amour qu'elle lui portait par ce simple regard protecteur. L'Enôrii savait parfaitement que sa soeur avait quitté la forêt tôt le matin même pour aller chercher deux trois petites choses auprès des humains. Arya n'aimait pas cela, mais ne pouvait pas y faire grand-chose, Sonia était ainsi. Celle-ci remonta dans sa chambre afin de se laver et se changer.

    Elezar attraper sa fille avant qu'elle ne disparaisse dans l'escalier et l'embrassa sur le front puis la laissa enfin filer. Il offrit une coupe à Cassandre, puis à sa fille et enfin s'en servit une, laissant un quatrième verre sortit pour Sonia si celle-ci redescendait. Les coupes n'étaient pas en or, mais en cristal. Fragile, sans aucune pierres incrustées, simple en fait mais élégantes. Arya sourit en se souvenant des coupes en or finalement travaillés et incrustés de pierre précieuse dans lesquels les servants de la famille Ombrelune versaient le sang destiné aux membres de cette famille. L'avantage, c'était qu'avec ces coupes, si elles tombaient, elles ne se brisaient pas et combien de fois Arya avait-elle vu un servant trop pressée faire tomber la boisson du Roi, de la Reine, du Prince ou de la Princesse. Cette simple pensée tira un rire, léger et cristallin, à Arya qui s'attira ainsi les regards de son père et Cassandre. Elle s'expliqua alors.


    « J'étais simplement en train de me dire que ce ne sont pas les coupes en or auxquelles vous êtes habituées, Cassandre. Cependant, l'avantage avec les vôtres c'est qu'elles ne se brisent pas lorsqu'elles tombent et je ne compte plus le nombre de fois ou j'ai vu un serviteur pressé faire tomber la boisson qu'il apportait à vous, votre frère ou vos parents. Les pauvres, les têtes qu'ils faisaient après ça, car ils arrivaient encore plus en retard ... »

    Cette réflexion lui tira une grimace. Lorsqu'il s'agissait de serviteurs Enôrii, cela devait passer, mais lorsque c'était un pauvre humain ... Arya ne voulait même pas savoir ce que les Ombrelune pouvaient faire avec leurs servants humains lorsqu'ils étaient seuls, même si elle avait déjà entendue certaines choses en se baladant dans le Palais, car Arya préférait tourner en rond à l'intérieur que de rester sur place à l'extérieur. C'était ainsi qu'elle avait fini par apprendre nombres de choses sur la famille royale et ses habitudes, même bien sûr elle n'allait pas le dire à Cassandre, celle-ci n'allait surement pas apprécier.

    « En fait, Arya, je suis ravie que tu es acceptée de donner une chance à Eldakhar, c'est une bonne personne malgré les apparences et ... »

    Il ne termina pas sa phrase, Arya venait de lui lancer un petit coussin à la figure, mais il l'évita. Sa fille le gratifia même d'un regard noir. Elezar lui lança, quant à lui, un regard espiègle qui voulait tout dire et qui fit grogner Arya, mais lui arracha également un petit sourire.

    « La prochaine fois, père, je ne te manquerai pas. Mais prend garde ma vengeance sera terrible. »

    Elezar termina sa coupe afin de masquer son sourire, il savait que sa fille n'aimait pas aborder ce sujet avec lui, elle savait qu'il se faisait du soucis pour elle et sa vie sentimentale qui avait été, ces cinquante dernières années, le néant total. Mais si elle devait en parler, elle préférait le faire avec Sonia, même si cela n'était pas ce qu'il y avait de mieux, sa soeur cadette ne savait pas toujours quoi dire. Son regard doré se posa alors sur Cassandre, et elle esquissa un sourire envers la Princesse, qui avait observé le père et la fille en silence. La Princesse ne devait pas tenir ce genre de propos avec son propre père ni avoir ce genre de gestes. Arya voyait très mal Cassandre lancer un coussin au visage d'Arthax Ombrelune.

    « Que faites vous demain, au lever du soleil ? C'est mon jour de repos, mais je me lève souvent très tôt, nous pourrions aller marcher, échanger quelques passes, parler ... C'est à vous de voir. »

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ombrelune
Princesse de Fëanör
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 20/09/2011
Localisation : Fëanör

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Princesse de Fëanör
Metier: Aède

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Dim 1 Avr - 21:35



Cassandre reporta son regard sur Elezar. Croiser le fer avec Arya ? Oui, après tout pourquoi pas ? Cela ne lui ferait pas de mal, théoriquement, et Arya en tant que commandante de la garde royale, devait avoir fait ses preuves, cela ne faisait aucun doute. La princesse Ombrelune avait un niveau acceptable, mais sans être excellent non plus. Elle était capable de se battre contre un homme, en jouant sur sa rapidité propre à sa nature, mais elle était loin d'arriver à la cheville d'un membre de la garde royale Enôrii. Après tout, quoi de plus normal, puisqu'elle avait suivi une formation d'aède ? Elle était experte pour jouer sur des instruments et pour chanter, mais lutter était une toute autre histoire. Elezar avait raison, elle avait délaissé le maniement des armes, même si elle s'entraînait de temps en temps en solitaire. Mais c'était loin d'être suffisant. Cassandre tourna la tête vers la fille d'Elezar lorsque celle-ci lui adressa la parole. Cassandre hocha la tête et répondit en souriant :

« Ce serait un plaisir, Arya. Mais je préfèrerais que vous me montriez vos aptitudes martiales plutôt que de combattre immédiatement contre vous. Je crains hélas ! De ne pas être à la hauteur. Il vaudrait mieux que vous m'entraîniez en premier lieu, ce serait plus prudent, car si je vous blesse pas volontairement, ce sera dû à ma maladresse... » ajouta-t-elle en riant.

Elezar finit par leur proposer de leur offrir un verre à toutes les deux. Les trois Enfants de la Lune rentrèrent dans la demeure des Lÿrargent, et Arya présenta un fauteuil moelleux sur lequel la princesse posa son royal fessier, en la remerciant d'un regard. Elle prit la coupe de cristal qu'on lui tendait et plongea ses lèvres dans le liquide chaud et succulent qui lui apaisa la brûlure de la soif qu'elle ressentait. Les Enôrii pouvaient tenir quelques temps sans se nourrir, mais plus ils tardaient à le faire, plus leur envie de plonger leurs canines dans un être vivant devenait intense. Et généralement lorsque c'était le cas, ils ne se retenaient pas pour tuer, vidant leur proie jusqu'à la dernière goutte de sang. C'était par ailleurs un spectacle effrayant et peu ragoûtant à voir pour les non-habitués présents sur la scène, et ils finissaient généralement en repas également. Car une seule proie n'était pas assez pour rassasier les Enôrii dans ce contexte-là.
Cassandre leva les yeux en entendant des pas légers qui pénétraient dans la pièce, et elle eût l'impression de voir le double d'Arya. Sauf pour les yeux de la jeune femme qui étaient d'un bleu électrique, à l'instar de ceux d'Elezar. Il s'agissait ni plus ni moins de Sonia Lÿrargent, la jeune sœur d'Arya. À ce que l'on disait, elle avait un caractère bien à elle et mieux valait de ne pas trop lui chercher de noises. Arya la prit dans ses bras et Cassandre eût un pincement au cœur en voyant cette scène, car elle même n'avait pas été aussi tendre avec sa propre sœur, Sÿlmenás, bien qu'elle n'en laissât rien paraître sur son visage de marbre, un visage qu'elle avait l'habitude d'afficher lorsqu'elle assistait aux conseils aux côtés de son père. Un visage de politique, en somme. La princesse gratifia néanmoins la jeune Enôrii d'un sourire amical et d'un signe de tête après que cette dernière se soit inclinée pour la saluer. Elle paraissait surprise de voir un membre de la famille royale dans sa demeure, mais c'était normal, car il était rare de voir les Ombrelune en dehors de leur palais lorsqu'ils n'étaient pas en conseil dans d'autres royaumes.

La princesse reposa ses lèvres sur la coupe pour boire une nouvelle lampée de sang chaud, et haussa un sourcil interrogateur à l'adresse d'Arya qui venait de rire à quelque chose qui devait être drôle. Celle-ci lui donna aussitôt la raison de cette hilarité et Cassandre eût un sourire en hochant la tête. Elle regarda la coupe plus attentivement.


« Oui, nos coupes sont très solides, et heureusement comme vous dites. Je dis toujours aux serviteurs de ne pas confondre vitesse et précipitation, mais ils ne semblent pas faire la différence, d'où les nombreuses fois où les coupes ont été renversées par mégarde. Ils gagneraient deux fois plus de temps s'ils nous servaient calmement plutôt que de courir comme des proies affolées, mais ils n'ont pas l'air de comprendre... Cela viendra avec le temps, je l'espère. Et concernant les domestiques humains...ils remboursent leurs erreurs en donnant leur propre sang. Il est meilleur lorsque pris directement à la gorge. »

Cassandre eût un petit rire qu'un être humain aurait trouvé malsain à cet instant, mais elle n'en avait cure. Certes, il y avait des humains qu'elle appréciait, mais ils n'étaient guère nombreux. Les autres étaient aussi intéressants que du vulgaire bétail. Cela dit, les humains d'élevage n'étaient pas maltraités tant que cela, contrairement à ce que l'on pouvait penser, non. Ils étaient bien nourris et sainement -les Enôrii veillaient à cela-, étaient hypnotisés par les enchanteurs de sorte qu'ils croyaient vivre dans un rêve merveilleux, et se reproduisaient sans problème. Bien sûr, il fallait de temps à autre les corriger pour montrer l'exemple, mais ce n'était qu'un détail...

La princesse de Fëanör redressa la tête lorsqu'elle entendit Elezar prononcer le nom d'Eldakhar. Elle eût un petit rire lorsqu'elle aperçut la tête que faisait Arya. Elle avait également lancé un coussin en direction de la tête de son père qui l'évita sans mal. L'héritière du trône était intriguée par ce rapport étonnant entre un père et sa fille, elle-même n'ayant pas pour habitude de se divertir autant avec son propre géniteur. C'était surtout un rapport basé sur l'apprentissage de la diplomatie, sur la façon de gérer un royaume, etc. Une relation sérieuse, rarement agrémentée de moments de rires. Elle enviait beaucoup Arya concernant sa famille qui semblait si..légère, aérienne, sans souci. Une ambiance chaleureuse comme elle les aimait. La chef de la garde royale finit par se tourner vers la princesse en lui apprenant que demain serait son jour de repos et qu'elles pourraient en profiter pour parfaire l'entraînement de l'aînée des Ombrelune.


« Ce serait un bonne idée, effectivement. Je ne vais pas tarder à rentrer au Palais, donc nous pourrions nous retrouver là-bas à l'aube, qu'en pensez-vous ? Demandez à une des servantes de venir me réveiller, je vous rejoindrai peu de temps après. » répondit Cassandre.

Elle termina sa coupe qu'elle reposa sur la table, et se leva avec grâce de son fauteuil. Elle adressa un sourire à Elezar et Arya ainsi qu'un signe de tête. Elle les salua et les remercia :


« Je vous remercie pour votre hospitalité, votre accueil a été très chaleureux. Toutefois, je vais rentrer tout de même au Palais car on risque de s'inquiéter de mon absence, hélas ! J'aimerais pouvoir me promener indéfiniment sans que l'on me cherche sans cesse... Ce fut un plaisir de vous revoir, Elezar, cela faisait longtemps. Arya, nous nous retrouvons donc demain à l'aube. Bonne soirée à vous tous. À bientôt sans doute, Elezar. »

Cassandre leur sourit puis sortit de la demeure des Lÿrargent avec un dernier regard saphir. Elle courut à toute vitesse en direction du palais, et comme elle s'y était attendue, on s'était inquiétée pour elle. Cassandre leva les yeux au ciel tandis qu'elle apaisait tout le monde en disant qu'elle allait bien, qu'elle était juste allée se promener en forêt et avait discuté avec des amis. Elle informa les domestiques que demain, Arya Lÿrargent viendrait pour la chercher et qu'il fallait la réveiller lorsqu'elle serait là. Le dîner fut presque silencieux avec ses parents, à l'exception des discours ennuyeux que tenait son père sur l'importance de ne pas s'éloigner du palais seule, car elle était importante à leurs yeux et qu'il ne devait pas lui arriver malheur. Elle quitta la table en les embrassant après leur avoir souhaité une bonne nuit, et se dirigea dans ses appartements, s'écroulant sur son lit comme une masse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annalabyr.forumgratuit.org
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 756

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Lun 2 Avr - 1:49

    La Princesse termina sa coupe puis ne tarda pas à s'en aller, ils devaient s'inquiéter au Palais. Arya plaignait Cassandre, elle-même ne supporterait pas de devoir constamment dire où elle allait, d'être surveillé en permanence pour qu'il ne lui arrive rien. Par ailleurs elle était plus que capable de se battre, après tout elle était plongée dans le domaine des armes depuis toute jeune. Après avoir convenu de l'heure du rendez-vous, Arya raccompagna Cassandre jusqu'à la sortie, Elezar gratifiant Cassandre d'un sourire un tantinet charmeur au passage. L'ainée des Lÿrargent alla ensuite embrasser son père et lui souhaita une bonne nuit, car il se faisait tard et Arya allait devoir se lever tôt le lendemain, il serait dommage qu'elle soit en retard au Palais.

    Grimpant l'escalier en colimaçon, Arya fit un crochet par la chambre de sa soeur pour lui souhaiter une bonne nuit, par ailleurs Sönia ne manqua pas de la complimenté sur son apparence, ce qui fit à la fois sourire et rougir Arya, qui n'était pas habitué à cela. L'Enôrii retourna ensuite dans sa chambre et ferma les rideaux afin de masquer l'intérieur de sa chambre, elle ne tenait pas à être épiée. Elle se dévêtit alors avec une certaine lenteur, pensive. La robe glissa le long de ses bras et de son corps, terminant sur le sol fait de bois lisse. Arya la ramassa et la rangea, puis retira ce qui lui restait de vêtements avant de se mettre sous ses couvertures, les bras sous son oreiller, sur le ventre. Elle demeura éveillée quelques temps, réfléchissant à ce qu'elle pourrait bien faire avec Cassandre demain, mais aussi à ce qu'elle ferait avec son frère lorsqu'il serait de retour. Jamais elle ne l'avouerait, mais à présent qu'elle s'était décidée à lui laisser une chance, elle redoutait un peu le moment où elle se retrouverait seule avec lui, que ce soit volontaire ou non. De toute façon elle allait continuer à le faire mariner un peu, elle trouvait cela plaisant de le voir lui faire la cour. Finalement, l'Enôrii s'endormit paisiblement, un léger sourire aux lèvres...

    Le lendemain, elle se réveilla peu avant l'aube. Se redressant dans son lit en tenant son drap contre sa poitrine, bien qu'elle fût seule dans la chambre, elle passa ses doigts dans sa chevelure d'ébène puis rejeta la fine couverture et sortit de son lit douillet, frissonnant légèrement au contact de l'air frais. Malgré tout, elle était bien réveillée et reposée. D'un pas léger, elle passa dans la pièce attenante et prit un bain chaud, essayant de faire le moins de bruit possible pendant qu'elle lavait sa peau claire et ses longs cheveux noirs. Dans un coin de son esprit, elle sentait que Nakaïh dormait encore. Elle sortit ensuite de son bain et enveloppa son corps dans une serviette blanche, laissant ses jambes interminables à l'air libre, le tissu masquait seulement le nécessaire. Etant donné qu'elle allait s'entrainer, elle opta pour des vêtements fonctionnels, semblable à ce qu'elle avait portée la veille. Elle ajusta son haut en resserrant les lacés puis enleva les tours des fine bretelles qui le retenaient à sa place. La chaine qu'elle portait toujours était également à sa place et l'anneau en argent qui se trouvait au bout se perdait entre ses seins. Son nombril était à l'air libre, comme c'était souvent le cas, dans son dos on voyait également une partie de son tatouage, au niveau des cotes. L'Enôrii prit ses Skêlz mais les garda à la main, trouvant inutile de les attacher dans son dos, elle n'allait pas forcément s'en servir tout de suite.

    Elle prit son temps pour se rendre au palais, appréciant le calme d'Enawen et l'air frais du matin. Lorsqu'Arya arriva à la demeure des Ombrelune, elle s'arrêta à l'entée pour parler un peu avec les membres de la Garde qui se trouvaient là. Elle rentra ensuite à l'intérieur et héla le premier serviteur qui passa près d'elle. C'était un humain, assez jeune, beau garçon - toujours pour un humain - mais le jeune homme était assez surprit de la trouver là, et étant donné son expression il devait être relativement nouveau puisqu'il n'avait pas l'air de la connaitre. Quoi qu'il en soit, Arya se présenta et son expression s'illumina. Il l'informa qu'il allait tout de suite réveiller la Princesse Cassandre, celle-ci ayant demandé à ce qu'on vienne la réveiller lorsqu'Arya arriverait. Celle-ci demanda une coupe de sang en attendant et également à ce qu'on apporte deux gourdes de sang, puis gagna la salle du trône où elle attendrait la Princesse. Celle-ci était presque vide, les souverains n'étaient pas encore présent sur les deux trônes d'Enawen, seuls quelques serviteurs vaquaient à leurs occupations. L'une d'eux apporta à Arya de quoi se nourrir et celle-ci alla se placer dans un coin, ses Skêlz toujours à la main tandis que de l'autre elle tenait sa coupe, observant d'un oeil attentif les allées et venus des gens du Palais.

    Quelques dizaines de minutes plus tard, Arya avait terminée sa boisson et attendait patiemment la venue de Cassandre, mais nota mentalement que si les deux femmes remettaient cela, elle lui demanderait d'être prête à son arrivée. Enfin, la Princesse arriva dans la salle du trône et lorsqu'elle aperçue Arya, se dirigea vers cette dernière. L'Enôrii se compas sur ses deux pieds en ce qui s'apparentait à un garde à vous lorsque Cassandre fut près d'elle puis s'inclina respectueusement comme elle se devait de le faire en présence d'un membre de la famille royale.


    « Naôrra, Eninyä. Je suis heureuse de vous revoir. Avez-vous bien dormis ? »

    La Princesse avait troquée ses robes royales pour des vêtements plus confortables, pile ce qu'il fallait pour un entrainement matinale. Tout en parlant, les deux femmes quittèrent le Palais en direction de la forêt.

    « En général, nous autre de la Garde nous entraînons au Palais, mais ce matin j'avais envie d'être tranquille, de plus le soleil n'est pas encore levé, si nous nous dépêchons vous allez assister à un magnifique spectacle. »

    Arya laissa alors place à une tigresse noire et sans plus attendre s'élança dans les bois. Leur course effrénée dura près d'un quart d'heure et ce à une vitesse relativement élevée. Avec dextérité elles slalomaient entre les arbres et bientôt elles arrivèrent près de la mer, au sommet d'une falaise d'une dizaine de mètre seulement. Sous celle-ci s'étendait une plage, la mer s'écrasant sur le sable avec violence. Par chance, la marée était basse. Cependant, la tigresse reprit sa course, plus lentement cependant, et gagna ainsi une crique, un endroit relativement isolé et très calme. Il y avait encore des traces de pas dans le sable meuble. C'est là qu'Arya redevint Enôrii, suivit de près par Cassandre.

    « J'aime beaucoup venir ici, c'est un endroit peu fréquenté, particulièrement calme et propice à la méditation. » Elle eut un sourire qui dévoila ses canines « Et oui, derrière mes airs de guerrière je suis quelqu'un de posée. Nous serons tranquille ici. »

    Arya posa les deux gourdes de sang sur un rochet ainsi que ses Skêlz, puis s'approcha de Cassandre et la prit par les épaules, la tournant vers la mer. Elle se plaça derrière elle et murmura à son oreille.

    « Il n'y a que ceux qui se lèvent avant le soleil pour venir près de l'océan qui peuvent admirer ceci... »

    Le ciel avait prit une teinte orangé, magnifique. Derrière l'horizon, le soleil commençait lentement à se lever, nimbant la plage et les deux Enôrii qui s'y trouvaient d'une lueur doré, mais aussi d'une douce chaleur. Elles demeurèrent ainsi jusqu'à ce qu'il soit assez haut au-dessus de l'horizon, puis Arya lâcha Cassandre.

    « Vous devriez également venir admirer le coucher du soleil sur la mer, c'est encore plus beau. Ce soir peut être, si nous sommes encore ici. Mais assez discuté, mettons nous au travail. Je veux bien vous montrer deux trois petites choses, mais je dois d'abord savoir de quoi vous êtes capable. » Arya tira l'un de ses Skêlz de son fourreau. « Allez-y, montrez-moi et n'ayez pas peur de frapper. »

    C'est ainsi que le duel sur la plage commença, sous les doux rayons matinaux de Krÿstólis. Arya n'utilisait qu'une seule lame, mais avait clairement le dessus sur Cassandre, même si elle faisait tout pour prolonger le duel. Malgré tout, la Princesse avait de bonnes bases et se débrouillait plutôt bien pour quelqu'un qui n'était pas porté sur les armes. Soudain, Arya dut faire un bon en arrière pour éviter la lame de Cassandre, celle-ci sembla d'ailleurs grimacer, comme si elle était désolée de son geste qui aurait pu la blesser. La commandant de la Garde ne profita pour attaquer. Son Skêlz sembla alors s'enrouler autour de la lame de Cassandre et sans qu'elle puisse faire quoi que ce soit, son premier Skêlz tomba dans le sable. Arya laissa également tombé le sien et attrapa le poignet de la Princesse et en quelques mouvements, se retrouva dans son dos, maintenant la lame de Cassandre sous sa gorge, l'autre main autour de sa taille. Elles restèrent ainsi quelques secondes, puis Arya la relâcha et récupéra son arme.

    « Pour quelqu'un qui n'est pas portée sur les armes, ce n'est pas mal, mais vous avez quelques lacunes, des failles exploitables qui pourraient vous mettre en danger. Remettez vous en position pour voir. »

    Cassandre lui obéit et Arya examina sa posture en tournant autour d'elle, puis sans prévenir tapa le plat de sa lame contre son flanc gauche, pas assez fort pour lui faire mal cependant.

    « Baissez votre bras, vous exposez votre flanc et une blessure à cet endroit est douloureux, un coup puissant pourrait même vous casser quelques cotes. »

    Elle revint ce poster devant Cassandre, celle-ci ayant abaissé ses armes, tenant son menton entre son pouce et son index, bien droite. Elle ne le savait pas, mais dans cette position et avec cette expression elle ressemblait beaucoup à son père. Puis soudain, son expression changea et un malicieux sourire se dessina sur ses lèvres.

    « Maintenant que nous sommes échauffé, je pense que nous devrions commencer sans nos armes, après tout le corps peut être la meilleure des armes quand on sait l'utiliser et on connait ses limites. »

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Ombrelune
Princesse de Fëanör
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 20/09/2011
Localisation : Fëanör

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Princesse de Fëanör
Metier: Aède

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Mer 4 Avr - 23:34

Cassandre ne fit aucun rêve cette nuit-là. Ou si elle en fit, elle n'en eût aucun souvenir. Elle était trop fatiguée de la journée pour que son cerveau s'imprègne totalement des songes qu'elle aurait pu faire. À vrai dire, c'était heureux car l'épisode de l'araignée avait été particulièrement éprouvant pour la princesse de Fëanör. Mais cette expérience lui avait permis de se rapprocher d'Arya Lÿrargent, commandante de la garde royale et de revoir le père de cette dernière, Elezar Lÿrargent qui avait été accessoirement son ancien maître d'armes, lorsqu'elle était plus jeune, quelques siècles auparavant.

L'aube commençait à se lever, les premiers rayons du soleil faisant leur apparition dans le ciel, et baignant la chambre de la princesse Enôrii d'une douce lueur rouge orangée. Les oiseaux entonnaient déjà leur chant matinal, comme à l'accoutumée, ce qui eût pour effet de réveiller Cassandre Ombrelune. Elle cligna faiblement de ses yeux de saphir encore endormis et poussa un bâillement à s'en décrocher la mâchoire, ses canines blanches étincelantes se faisant plus visibles. Elle avait rendez-vous avec Arya ce matin-là, et se disant que la garde n'allait plus trop tarder à arriver, elle entreprit de se lever et héla l'une des servantes humaines qui accourut aussitôt, essoufflée, et s'inclina en la saluant à la façon Enôrii. Les humains apprenaient vite, finalement.


« Prépare-moi un bain chaud, Tallys, s'il te plaît. » lui demanda la princesse en terminant ses étirements matinaux.
« Tout de suite, Eninyä Cassandre. » répondit-elle aussitôt en s'inclinant de nouveau.

La petite femme se mit à courir aussi vite qu'elle le pouvait avec ses jambes, et Cassandre s'en amusait. Lorsque l'Enôrii faisait trois pas, l'humaine n'en faisait qu'un seul. Toutes deux se dirigeaient vers la pièce des bains et la servante tira avec difficulté une grande bassine de bois. Cassandre eût presque pitié d'elle en la voyant se donner tant de mal, mais ne fit rien non plus pour lui venir en aide. C'était son devoir de la servir, elle n'avait pas à intervenir.
Elle la regarda ainsi mettre l'eau à chauffer, puis la verser à l'aide de grands vases. Elle disposa des fleurs et autres plantes aromatiques pour parfumer le bain, puis aida la princesse -bien que ce fût inutile étant donnée la taille de celle-ci- à grimper dans la bassine et à s'immerger dans l'eau aux senteurs si exquises. Tallys apporta une crème onctueuse de couleur orange, conservée dans une bouteille en verre, qui était en fait une bouillie de fruits et de plantes. Elle en prit une noisette dans sa main et commença à faire mousser les cheveux de la princesse qui grognait de bonheur. Les humains savaient se servir de leurs mains parfois, c'était indéniable ! Cassandre se chargea de nettoyer le reste de son corps avec la crème, puis se rinça longuement, se délectant de la chaleur de l'eau. C'était un instant de pur bonheur.

Une fois propre, Cassandre repartit vers ses appartements et après avoir regardé dans ses armoires, opta pour une tenue dans laquelle elle serait à l'aise pour manier les skêlz. Elle se vêtit d'un bustier noir et d'une jupe à franges de cuir noire, qui n'entraverait pas ses mouvements. Enfin, elle se chaussa de bottes en daim marrons. Elle se coiffa longuement et se fit des tresses latérales qu'elle noua derrière sa tête, pour que ses cheveux ne lui reviennent pas dans les yeux en plein combat. Se jugeant acceptable, elle se redressa et glissa ses skêlz dans leur fourreau respectif. Ses oreilles effilées se dressèrent lorsqu'elle entendit des coups retentir sur la porte. Lestement, elle ouvrit cette dernière et se retrouva nez à nez avec le jeune Sasha, un adolescent humain au visage fin et doux. Il aurait pu ressembler à un Enôrii s'il n'avait pas eu ces oreilles arrondies et ces dents rectangulaires et s'il avait été plus grand. Cassandre ne s'intéressait pas énormément aux domestiques, mais elle aimait particulièrement cet enfant qui savait se tenir, et qui avait une voix si douce et si agréable. Il la salua et lui adressa la parole dans un Enôrii parfait :


« Dame Cassandre, la commandante Arya Lÿrargent vous attend pour l'entraînement dont vous nous aviez parlé hier soir. »

« Je te remercie Sasha. Passe devant, je te suis. » répondit Cassandre en découvrant ses canines en un sourire amical.

Le jeune garçon s'inclina une nouvelle fois devant elle, puis repartit dans la direction opposée. La princesse vérifia une dernière fois qu'elle avait bien pris ses affaires, puis ferma la porte de sa chambre avant de suivre le jeune humain. Arya Lÿrargent se tenait devant elle, droite et matinale. Elle s'inclina devant Cassandre qui la salua ensuite, puis toutes deux sortirent de l'enceinte du palais, puis se dirigèrent dans la forêt. Arya prit son Aspect Totem, laissant la place à une magnifique tigresse noire, et Cassandre fit de même, prenant son apparence de louve blanche. Les deux Enôrii galopèrent à vive allure durant un bon quart d'heure, avant de s'arrêter à proximité de la mer. La tigresse prit la direction d'une crique et une fois sur place, redevint Arya Lÿrargent. La louve blanche sauta par-dessus un rocher en reprenant la forme de Cassandre en plein vol. Celle-ci atterrit fermement sur ses pieds, et braqua son regard sur Arya qui lui parlait.


« Je vous comprends bien. C'est un bel endroit, je n'y suis venue que très rarement. J'aime l'eau, mais je déteste prendre le bateau. Ce genre de voyage à tendance à me rendre malade, je me souviens la première fois où j'eus posé mon pied sur l'un de ces bâtiments pour me rendre dans le Delenör avec mon ancien mentor. Il trouvait drôle de voir une personne de mon rang qui ne pouvait s'empêcher de vomir par-dessus bord. Mon état l'avait manifestement marqué car il ne cessait de me taquiner avec ce passage de ma vie à la moindre occasion. » déclara Cassandre en souriant à l'évocation de ce souvenir. « Je dois dire que ce temps me manque, où je pouvais voyager sans que l'on ne me couve de trop. » soupira-t-elle en secouant la tête.

Arya avait déposé les deux gourdes de sang sur un rocher qui se trouvait là, puis s'était approchée de Cassandre par-derrière. Elle la prit par les épaules avec douceur et lui avait murmuré à l'oreille, avant de lui montrer la magnificence du soleil levant, qui donnait à la mer une teinte orangée absolument sublime. Les oreilles de la princesse se dressèrent, et ses yeux paraissaient étinceler comme des joyaux, comme ceux d'une enfant à qui l'on offre un somptueux présent.

Mais elles avaient suffisamment perdu de temps en discussion et elles se mirent au travail. Les choses sérieuses allaient enfin pouvoir commencer. Cassandre sortit ses skêlz de ses fourreaux, tandis qu'Arya ne se servirait que d'une seule de ses lames. Elle demanda à Cassandre d'attaquer sans se soucier de lui faire mal, et malgré quelques réticences, la princesse chargea la commandante. Les lames s'entrechoquaient, et Cassandre tentait de se souvenir des mouvements que lui avait appris Elezar. Cela n'était pas aisé et elle fut assez lente au début, afin de mieux s'imprégner de ses leçons qui dataient de plusieurs siècles. Elle ne sut comment elle s'était débrouillée, mais elle manqua de blesser Arya qui dût esquisser un bond en arrière pour éviter le skêlz. Cassandre grimaça en serrant les dents lorsqu'elle remarqua ce qu'elle avait failli faire :


« Je vous avais dit que si je ne vous blessais pas de façon volontaire, ce serait par maladresse ! »

Profitant de cet instant, Arya en profita pour attaquer. Cassandre ne comprit pas ce qui était entrain de lui arriver, mais toujours est-il qu'elle se retrouva devant Arya qui à présent appuyait contre la gorge de la princesse le propre skêlz de cette dernière. Elle tenta un regard en arrière vers Arya qui finit par la relâcher. Cassandre, sous les ordres d'Arya, reprit sa position tandis que la garde réfléchissait en prenant une posture qui fit rire la princesse. Remarquant le regard interrogateur d'Arya, Cassandre lui expliqua la raison de son hilarité.

« C'est fou à quel point vous ressembliez à votre père dans cette position. »

Cassandre se tint droite, prête à l'attaque. Mais soudainement, Arya la frappa avec le plat de la lame contre le flanc. La princesse tressaillit et hocha la tête pour montrer qu'elle avait compris lorsqu'Arya lui annonça qu'elle exposait trop son flanc, et que cela était une faiblesse qui pourrait lui être fatale. Arya décida ensuite qu'elles allaient se battre tout d'abord sans leurs armes, et Cassandre posa les siens à côté des deux gourdes, avant de revenir d'un pas rapide. Elle se plaça devant Arya et se rapprocha de celle-ci, en se mettant en position de combat. Elle avait un pied en arrière, l'autre au niveau de son corps, sa main droite tendue en avant, paume vers le ciel au niveau de son menton, dirigée vers Arya tandis que sa main gauche était disposée au niveau de son abdomen, afin de se protéger de coups éventuels. Elle attendit qu'Arya ne donne le signal du commencement du combat.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annalabyr.forumgratuit.org
Arya Lÿrargent
Chef de la Garde Royale
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 756

Feuille de personnage
Race: Enôrii
Classe : Rôdeur
Metier: Commandant de la Garde Royale Enôrii

MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    Jeu 5 Avr - 1:00

    « J'ai connu pire qu'un coup de Skêlz, Eninyä. Un coup de patte d'araignée géante, par exemple. Excellent souvenir d'ailleurs, un combat mémorable. Fort heureusement elle ne m'a pas laissé de cicatrice, je pense que c'est d'ailleurs grâce à vous. Quoi qu'il en soit, à la fin de cette journée, nous ne serrons pas totalement indemne. »

    Après leur petit duel qui servit en fait d'échauffement, Arya et Cassandre posèrent leurs armes respectives, puis se mirent toutes les deux en position de combat. Elles se fixèrent quelques secondes, puis Arya donna l'assaut. Avec rapidité, elle se retrouva sur la Princesse qui esquiva ses premiers assauts avec plus ou moins de facilité. L'Enôrii avait bien dis à Cassandre qu'elles n'aillent pas en ressortir indemne, par là elle voulait bien sûr dire qu'elles allaient surement en ressortir avec quelques ecchymoses et peut-être même des coupures faites avec leur Skêlz, même si elles étaient toutes les deux en mesure de soigner ce genre de blessures.

    Décidant d'augmenter la cadence, Arya commença à se déplacer, attaquant de tous les côtés, mais toujours à une vitesse relativement réduite, le combat ne faisait que débuter après tout et pour éviter de vraiment se faire mal, les deux Enôrii ne pouvaient pas tout donné sans prendre le risque de frapper trop fort et de blesser l'autre. Pour le moment, Arya se débrouillait pour forcer la Princesse a bloquer ses coups et non à répliquer. Lentement, elle augmenta la vitesse de ses attaques, s'autorisant même quelques coups plus dangereux mais aussi plus difficile à bloquer, comme essayer de toucher les reins, ce qui forçait Cassandre à esquiver l'assaut et non le bloquer.

    Puis Arya décida d'inverser les rôles et laissa Cassandre mener la danse. Le commandant de la Garde était habituée à se battre et s'entraînait souvent, elle était donc très endurante et esquivait davantage les coups que les bloquait, s'autorisant ainsi une contre attaque presque immédiate. Elle décida alors de laisser Cassandre la toucher, sans que bien sûr elle ait l'air de la laisser faire. Un coup l'atteignit donc à la hanche, ce qui l'a fit se pencher en avant, elle ne pouvait plus se mouvoir comme elle le souhaitait, en apparence en tout cas, et était désormais une cible facile. Il était temps de voir si Cassandre allait être assez rapide, ou savoir comment faire pour se défaire de son emprise. La Princesse tenta de la faire tomber en frappant le côté, mais l'Enôrii esquiva, ce qui sembla la surprendre. Dans son mouvement, elle se retrouva sur le flanc droit de Cassy, et frappa alors le creux de son genou avec son pied. Pas assez fort pour lui faire vraiment mal, mais suffisamment pour la faire ployer. Elle se glissa ensuite dans son dos et appuya sur ses épaules, la mettant à genoux. Sa main glissa naturellement vers son bras et tira, pas très fort une fois de plus, et elle garda son autre main sur son épaule. En véritable combat, Arya aurait pu poursuivre son geste et déboiter l'épaule de Cassandre, mais il était bien sûr hors de question de faire une telle chose.


    « Je pourrais faire ça toute la journée. » dit-elle en lâchant le bras de Cassy puis en l'aidant à se relever. « Ce que je viens de faire, vous pourriez le faire également ? »

    Arya sourit devant la mimique de la Princesse, elle n'avait peut-être jamais apprit ou avait oublié, quoi qu'il en soit elle lui fit signe de rester droite puis se posta sur son flanc. Elle vint alors vers elle, rapide, mais aux lieux de frapper le creux de son genou, balaya ses jambes et dès que les genoux de la Princesse touchèrent le sol, elle avait posé la main sur son épaule et tenait son bras sous le sien. Elles restèrent dans cette position le temps que la commandant de le Garde explique une petite chose.

    « C'est le genre de mouvement facile à maîtriser et qui peut vous sortir de bien des ennuis. La douleur que procure une épaule déboîtée est telle qu'elle vous clou au sol et bien sûr il est impossible de bouger le bras, alors même les plus résistants qui arrivent à rester debout se retrouvent avec un bras inutilisable, en général le bras armé. Si vous parvenez à déboiter l'épaule de votre adversaire, la victoire vous est presque acquise, si on exclu l'utilisation des pouvoirs. Bien sûr remettre l'épaule en place est tout aussi douloureux, si ce n'est plus. »

    Elle l'aida une nouvelle fois à se relever puis l'informa qu'elle allait lui montrer ou remontrer différents mouvements semblable à la clé de bras, des techniques qui terminent souvent un duel. Elle en ferait de même ensuite avec les Skêlz. Cependant, avant de continuer, l'Enôrii demanda à Cassandre de se tenir droite.

    « Peut être avait vous déjà combattu quelqu'un sans aucune notion du combat. Ce genre de personne frappe sans vraiment faire attention et se fatigue ouse blesse elle-même. Vous le savez surement, mais je vais quand même vous les rappeler, les zones principales du moins, celles des points vitaux. »

    Arya se rapprocha de Cassandre et commença son énumération tout en indiquant l'emplacement des chacun des points, soit sur elle-même ou sur la Princesse. Ainsi, sur le devant du corps, elle nomma : Le sommet du nez, la base du nez, les tempes, les carotides, la pomme d'Adam chez les hommes, le coeur, le plexus solaire - pour cela elle posa son index au centre du torse de Cassandre, juste sous sa poitrine - les côtes ... avec un sourire elle rajouta les testicules pour les hommes, mais ça elle le savait forcément. L'Enôrii passa ensuite derrière Cassandre, et pour chaque point qu'elle énuméra, posa son doigt ou sa main dessus. La base du cervelet juste à l'arrière du crâne, la cinquième et septième dorsal ainsi que la première et quatrième lombaire, des vertèbres. Les reins, bien sûr, le creux du genou, la base du mollet et enfin le tendon d'Achille.

    « Dans un duel, les coups portés à chacun de ses points peuvent causer des dommages internes importants. Aux jambes par exemple, si vous frappez avec assez de force, au bon endroit et avec le bon angle, vous pouvez faire en sorte que les muscles ne puissent plus soutenir le reste du corps... il est donc préférable de frapper sur ces points si votre objectif est de tuer votre adversaire ou le mettre très mal en point, cependant il est également nécessaire de les protéger. Comme vous l'avez vue tout à l'heure, vous ne protégiez pas votre genou et j'en ai profité. Bien sûr bloquer une attaque qui vient dans le dos est difficile, même impossible, l'esquive reste donc la meilleure solution dans ce genre de cas. En plus de vous apprendre ou réapprendre quelques techniques fortes utiles, nous allons travailler sur vos esquives et vos blocages et donc, bien sûr, votre agilité et votre vitesse. »

    Arya avait dit cela en tournant autour de Cassandre, telle une prédatrice, et sans prévenir c'était jetée sur elle pour la faire basculer dans le sable, se retrouvant sur son dos, ses crocs à quelques centimètres de son cou. Bien sûr elle n'était pas assises sur Cassandre, elle se tenait simple au-dessus d'elle. Elle eut un petit sourire, puis murmura à l'oreille de la sa majesté.

    « Et vos réflexes, bien entendu. » Elle se releva et aida Cassandre à en faire de même, elle se dirigea ensuite vers les deux gourdes et en revint lui en donner une. « En plus, le sable est meuble, il ralentit les mouvements, c'est assez gênant mais ça va nous être utile. Si vous y arrivez dans le sable, vous serez à même de recommencer sur presque n'importe quels autres terrains. »

    Après avoir bu quelques gorgées de sang, elle reposa sa gourde puis se retourna de nouveau vers Cassy, un petit sourire aux lèvres, le léger vent qui soufflait sur la plage venant faire virevolter quelques mèches de cheveux. Alors que Cassandre revenait vers elle, Arya tressa rapidement sa longue chevelure d'ébène et attacha le tout. Quelques mèches plus courtes encadraient son visage au teint de neige.

    « Bien. Prête ? Alors allons-y. »

~~~~~~~~~~~~


La chanson de BeB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Un instant pour être sois-même. [PV : Cassandre Ombrelune]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sois unique. Sois vrai. Sois toi-même car la vie est trop courte pour que tu sois quelqu'un d'autre.
» Pour que tu sois belle, il faudra que tu le deviennes
» Il suffit d'un instant pour que ta vie entier vole en éclats. [MinHo Park/Octavie Serge]
» Rien que pour un instant [PV Merlin]
» Zeït. « Mourir c'est revivre, alors je te tuerai jusqu'à la fin, pour que tu puisse voir un autre lendemain. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pierres Sacrées :: Enáwen : La Cité de la Lune-
Sauter vers: